Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Queen of disaster, (Maëlle) ϟ fiche terminée.

Crédit : milkovich, (avatar).
Double compte : none.
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 21/03/2016
Messages : 9
avatar
Posté le 21/03/16, 02:12 am


Maëlle Shepherdson
feat Victoria Justice.

« Le personnage »
Sexe: Féminin.
Âge et lieu de naissance: Vingt-quatre ans. Naissance le quatre mars, mille neuf cent quatre vingt-onze à Mcallen (Texas).
Nationalité: American girl.
Statut social: Célibataire, engagée avec elle-même dans une relation compliquée.
Métier/Occupation: Policière en devenir, (du moins, si elle n'abandonne pas cette fois), aujourd'hui en école de police.
But: Peu ambitieuse de nature, Maëlle appartient également à cette catégorie d'individus, se précipitant droit dans le mur, tête baissée, à vive allure. Consciente de ne jamais réaliser le moindre projet, cette dernière se refuse de concevoir ce dont elle sera sciemment incapable de construire de son unique volonté. Son libre arbitre étant délibérément de poursuivre son chemin, comme bon lui semble.
Cause de la transformation : aucune, évidemment.
Groupe: les humains.
« Vous »
Un pseudo: Treasure, (Mallaury).
Âge: Vingt-deux ans.
Une musique, un film, une série: Snow Patrol, (chasing cars) ✦ Forrest gump ✦ Supernatural.
Un passe-temps: Le shopping.
Depuis combien de temps faites vous du rp ?: Depuis dix ans, environ, tout ou plus.
Où avez-vous trouvé le forum ?: Bazzart, il me semble.
Que pensez vous du forum ?: C'est une petite perfection, j'en ai bien l'impression.

« Description Physique & Morale »
─ Maëlle, c'est un mètre soixante-sept, pour un -insignifiant-, cinquante-quatre kilos, tout juste. Au-delà des apparences faussement assurées, elle ne s'est jamais considérée si ce n'est, comme, seulement, jolie. Son aspect parfaitement neutre, tranche également, avec son attitude irrémédiablement glaciale. Shepherdson, manque d'autant plus, cruellement de confiance en elle, sa 'petite' taille décuplant littéralement sa faible estime d'elle-même. -Pas vraiment l'envergure d'une policière, pour être honnête-. Ses prunelles noisette vrillant au pale, au gré du temps, contraste instantanément avec sa chevelure brune. Bien que foncièrement peu démonstrative, son regard un brin inquisiteur en communique davantage que ses propres paroles trop souvent cinglantes. Sur le plan vestimentaire, Maëlle, se font naturellement dans la masse, pas d'excentricité mal placée. Si nombreux se plaisent au travers de mélanges des genres, cette dernière opte plus couramment, pour des tenues sobres bien que globalement soignées.

─ Cette fille est le parfait stéréotype de l'individu, dont on préférait irrémédiablement se tenir éloigné(e). Le genre de personnalité susceptible de débecter les plus cartésiens, certainement. Plus réservée qu'elle est inexpressive, Maëlle ne manifeste que très rarement, aussi bien dit, jamais, ses émotions, particulièrement détachée en apparence, des situations qui l'entourent. Maëlle, elle analyse longuement, dévisage durement, accuse silencieusement. Ses agissements impérieux, s’agençant détestablement à ses traits franchement condescendants du premier abord. Toutefois, son mutisme pour le moins embarrassant, ne dure qu'un temps, trop rapidement succédé de son sarcasme habituel. Maëlle, ou la représentation parfaite de l'insolence et du je-m'en-foutisme à l'état pur. Ses répliques cinglantes, plus déroutantes encore, que sa posture faussement orgueilleuse. Bien que foncièrement gentille -à la base-, Shepherdson se fourvoie ces précédentes années, au détriment d'un comportement sauvage et immature, qui ne correspond que très difficilement à sa profession éventuelle. Destructrice et visiblement de mauvaise influence, Maëlle emporte facilement quiconque d'assez vulnérable, au gré de son élan démesuré. Elle t’oppresse de ses angoisses, te berce de tendres illusions, et t'offense violemment, dès lors qu'elle en aura l'occasion. Particulièrement distante, mademoiselle s'obstine hargneusement à instaurer une immensité entre elle et les autres, tentant maladroitement de se préserver de problématiques, dont elle ne saurait faire face, contrainte à l'attachement. Maëlle, elle demeure bancale, ses raisonnements le sont tout autant, subsistant indéfiniment dans la moyenne, irrémédiablement incapable de prendre une décision, aussi superficielle, soit-elle. Shepherdson manque cruellement de réflexion, préférant de loin procéder que méditer longuement, selon une problématique. Elle s'élance précipitamment, n'octroyant qu'un infime intérêt aux conséquences de ses actes. Cependant, et au-delà de sa répartie cassante et détestablement acerbe, Maëlle demeure d'une vulnérabilité extrême, contrastant fatalement à l'image qu'elle véhicule sciemment, en société. La brune, c'est le genre même de personnalité prête à laisser les autres s'évader, sans jamais s'accorder cette peine que de les retenir, sous prétexte d'anéantir un jour, tous ceux qui l'ont autrefois, apprécié.

« Biographie »
Maëlle, elle n'est pas comme tout le monde. Elle ignore ce que signifie véritablement l'expression, -être comme- ; ce n'est rien, c'est dans sa nature, après tout. Elle n'appartient pas non plus à cette catégorie de jeunes filles de son âge, dont on a de cesse de dévisager avant même de prendre conscience de combien il ne s'agit pas davantage qu'une coquille vide. Maëlle, elle persistait toujours plus dans son imaginaire véritablement déconcertant, tant elle n'espérait pas franchement à ce qu'il en soit autrement au fil des années. Se souvint-elle seulement, des premières difficultés emmenées distinctement de l'école primaire? Convenant fondamentalement à cette classification d'individus dont on préférait ignorer le nom, et encore, pas certaine qu'elle s'en soit rendue bien compte. Jamais, n'avait-elle franchement employé le mot -victime- ; bien que persuadée de l'avoir été un temps. Cependant, il faut reconnaître, combien il n'a pas semblé un franc traumatisme dès lors qu'elle subsistait déjà recluse sur son unique personne. Catégoriquement il n'était pas matière au narcissisme, mais davantage de folie, -disaient-ils-. Après tout, “il vaut mieux être seule que mal accompagné(e). Enfant, elle restait incapable de se faire des amis, tant le plus abrutit et le plus négligé de ces bambins s'avérait plus expérimenté qu'elle ne l'était dans le domaine, il faut bien le reconnaître. Gamine, Maëlle n'a jamais été stupide, non, il n'était pas question d'intelligence, mais d'une attitude atypique frôlant désespérément la fiction. La brune effrayait ses camardes de classe par son agressivité soudaine, dès lors qu'ils la débectèrent de leurs opinions dédaigneuses. Très jeune déjà, qu'elle soutenait aisément ses agissements, se foutant catégoriquement des conséquences, au risque d'en dérouter, plus d'un. Cette dernière idéalisait niaisement une affluence paisible, lorsque elle-même s'avérait malhabile de compassion envers autrui. Il faut bien l'admettre, Maëlle n'a jamais été une gamine particulièrement complaisante. Si en terme social, sa scolarité n'a pas été une mince affaire, il n'en fut guère mieux concernant l'aspect familial. Lui remémorer les évènements passés, ne serait pas non plus de parfaite augure, néanmoins elle ne parvint toujours pas à distinguer le bien du mal de ses agissements grotesques, d'autrefois. Quoi de plus cohérent que de détériorer les murs de son logement, de façon intentionnelle, seulement pour avoir ce plaisir malsain de constater combien la réaction de sa mère, serait pire qu'un affrontement direct avec les forces de l'ordre. Au fond, fallait-il admettre qu'elle la méprisait, tout autant qu'elle l'eut détesté en retour. Cette pétasse égocentrique étant la première à dénoncer sa pseudo-incohérence psychique.

Étrangement, la brune persistait à dénoncer son manque flagrant d'implication dans son éducation. Peut-être, était-ce même le cas, après tout, Maëlle étant certes particulière, mais certainement pas mythomane. D'ailleurs, c'est sans la moindre concession qu'elle déclarait délibérément être -responsable- de ce fossé pharamineux creusé au fil des années, entre chaque membre de sa famille. Parait-il que sa naissance a été le commencement de cette chute interminable, comme quoi, rien ne se déroule par hasard. L'arrivée d'un enfant dans un foyer déjà décimé n’assiste jamais vraiment un couple blessé à se reconstruire, raison pour laquelle, outre les idées reçues, elle ne fut aucunement à l'origine de cette déchirure survenue entre ses parents, les brèves années qui suivirent. Sache ma belle qu'un enfant, ne peut être tenu coupable des mésententes relationnelles qui s'imposent-à-lui. Victime première, des non-dits qui éclatent fréquemment sous leurs yeux irrépréhensibles et profanés trop brusquement de connerie humaine. Avait-elle possiblement assimilé combien les départs ne sont pas nécessairement tous appropriés à un instant déplaisant. Quoi qu'il en soit, elle ne désirait guère de sa présence autant qu'elle ne souhaitait pas véritablement de cette unisson, écroulé avant qu'il n'ait eu lieu. Maëlle affirmait se raccrocher à son paternel plus que de raison, regrettant amèrement de ne pouvoir partager autant qu'elle ne l'espérait. En effet, la médecine paye bien, toutefois elle occasionne aussi quelques sacrifices. Achevant quant à elle, seulement ses années difficiles au collège, que son attitude parfaitement détachée lui permettait encore de garder la tête hors de l'eau, qu'importe les conflits. Sa force -apparente- de caractère en substituant de ce fait, une franche énigme. Comment peut-on sembler considérablement insensible à tant de dissonances, et les qualifier le plus sérieusement du monde, comme, -superficielles- ? ─ Je n'en ai, aucune idée, c'est ce dont elle prétendrait, d'un air finement dubitatif. Certains concédaient à un comportement parfaitement typique d'une jeune fille en perdition, d'autres affirmaient une nouvelle fois sans savoir, qu'elle n'aimait pas suffisamment pour crouler définitivement. Cependant, qu'en est-il réellement ? L'adolescente laissant planer le doute, comme si elle n'en savait rien, elle non plus. Et puis, ce n'est pas elle qui a foutu le camp en moins de temps qu'il ne faut pour le dire... Pourquoi devrait-elle accepter de se justifier ? Démontrant ainsi, une possible libération lors du départ de cette névrosée -sa mère- plus précisément, se réjouissant ainsi, et à l'avenir de la nouvelle conquête de son paternel. La brune n'eut rien à lui reprocher, bien qu'elle l'ait longtemps expérimenté, aspirant à ce qu'elle ne la délaisse pas également, pour des futilités sans importance. Néanmoins, et malgré toute la volonté du monde, les périodes scolaires n'ont jamais été excessivement transcendantes la concernant. Maëlle, en fit presque une véritable psychose. Bien que pas particulièrement acerbe de la connerie humaine, elle craignait les réprimandes des années précédentes, dès lors qu'elle s'aventurait dans un nouvel établissement. Une fois encore, il ne fut pas question de résultat, mais bel et bien d'une vie sociale, parfaitement inexistante. Son comportement désorienté en fut à l'origine, et malheureusement Shepherdson n'en est devenue que plus paranoïaque. Contrairement au reste du peuplement adolescent, elle semblait s'encrer toujours plus dans un imaginaire dans lequel elle demeurait la seule à pouvoir s'y introduire. Longtemps elle n'a cessé de s'enfermer dans un monde parallèle dont l'ampleur s'avérait plus considérable qu'elle ne l'aurait, elle-même imaginé. Des heures interminables consumées à l'arrière de son écran s’avérant tristement l'équivalent des distractions habituelles des individus de son âge. Cependant, et bien qu'elle se questionne encore, quant à cette possibilité non envisagée, mademoiselle a connu sa première expérience -sentimentale- qui fut plus synonyme de connerie à ne jamais récidiver. Très honnêtement, Maëlle ne fut pas plus qu'une insupportable conasse à la contrariété extrême, prête à séquestrer ce premier con de passage, s'expérimentant pitoyablement à combler un considérable manque affectif. Chacun est libre d'aborder la situation comme il souhaite... Du haut de ses dix-sept ans, environ, tout ce à quoi son quotidien se résumait, subsistaient à une opposition frustrante des occupations habituelles des autres gamins d'un âge identique. On ne peut pas dire qu'elle jetait la pierre à qui que ce soit, consciente d'être l'unique responsable de son manque embarrassant d'attache, à tel point qu'un départ et une rupture, ne représentèrent guère plus qu'un jour comme un autre la concernant. Un sourire, et la brune saurait mieux que quiconque, combien le temps est guérisseur de bien des plaies. De plus, ses dernières années de lycée, témoignèrent étrangement d'un catégorique changement de genre. Elle ne saurait l'exprimer, toutefois, Maëlle transitait brusquement de cette demoiselle complètement égarée, à une adolescente un brin hippie, tristement attirée, par ce désir inopiné de tester ses limites. Elle merdait, délibérément, elle en aurait presque gâché ses chances d'admissibilité dans l'université de son choix. Ses fréquentations jusqu'alors utopiques devinrent maladroitement, pas plus qu'une bande d'anarchistes, auxquels elle supposait faiblement s’identifier.

New Orleans ▲  Étudiante en cinquième année de communication, Maëlle a sciemment renoncé à la continuité de ses études, omettant semble-t-il, toutes les raisons, pour lesquelles, cette dernière avait espéré un jour, intégrer les rangs de l'université de son choix. C'est à peine âgée d'une vingtaine d'années passées, que la brune s'accordait uniquement d'elle-même, cette initiative pour le moins inattendue, plaquant la totalité de son quotidien, finalement flegmatique à Mcallen, pour La Nouvelle-Orléans. Un éloignement pourtant prévisible, à l'encontre de chacune des difficultés, rencontrées durant son enfance. Un changement non sans conséquences, dès lors que les regrets vinrent à se multiplier. Prétendre à l'inverse ne serait qu'affabulation, les débuts se sont avérés désespérément fructueux, victime première de cette déplaisante sensation de ne pas être constamment à sa place. Cependant, Maëlle persistait davantage à ne pas s'égarer entièrement à ses questionnements, ne concédant pas à ses problématiques pour les autres, mais seulement pour elle, et son avenir, si incertain. Au fond, shepherdson ne fut pas franchement désireuse de daigner un quelconque retour dans sa ville natale, ayant étrangement, davantage évolué à La Nouvelle-Orléans en quelques mois seulement, que durant la majorité de son adolescence à Mcallen. En effet, c'est en partie, en connaissance de cause qu'elle daignait demeurer dans une ville, dont les évènements paranormaux, lui firent vivement écho. Un endroit, où les légendes semblent visiblement, prendre vie. Néanmoins, la brune ne fut jusqu'alors, guère confrontée aux évènements s'y rattachant, possiblement parce qu'elle n'eut rien fait pour. Particulièrement septique quant à ce sujet, malgré toute la volonté du monde, Maëlle, n'a pas eu l'occasion de le rester bien longtemps. Après tout, ce fut la toute première fois, qu'une population vint à témoigner d'un intéressement si considérable à l'égard d'anecdotes, habituellement sans la moindre importance. Possiblement, l'avait-elle finalement constaté, suite à son admission en école de police, quelques semaines seulement, après son arrivée à La Nouvelle-Orléans. Dans l'obligation de se rendre régulièrement au commissariat dans le cadre de son apprentissage, shepherdson, bien que définitivement incrédule, se devait de reconnaitre nombre de plaintes, dont l'origine semblait prendre racine, d'une activité 'surnaturelle', certainement trop élevée pour être entièrement justifiée. Élément fort déstabilisant pour une brunette, peu désireuse assurément de se trouver à l'avenir, face à une existence différente de la sienne. Une existence devant laquelle, une banale posture faussement orgueilleuse, ne serait suffisante.

« Scène RP »
Es-tu vrαiment certαine de vouloir fαire çα, Mαé? -Certaine-, ne fut probablement pas le mot, toutefois remanier ses positions, s’avérait à l'avenir, synonyme d’insuccès, pour la seconde fois, de manière consécutive. L'abandon précipité de ses études, ayant été un facteur déclencheur, d'une aspiration particulièrement contradictoire à toutes celles, d'autrefois.  Jamais auparavant, Shepherdson n'avait manifesté une volonté identique à celle d'aujourd'hui, de s'évader enfin de son Texas natal, pour ailleurs. Plus précisément, pour un endroit, uniquement fréquenté durant l'espace de quelques jours en période estivale. ─ Tu peux toujours revenir ά lα mαison, tu sαis. Évidemment qu'elle le savait, comment pouvait-elle seulement l'ignorer, dès lors que son paternel eut présentement usé de stratagèmes -presque- absurdes, dans l'espoir qu'elle ne revoit également ses positions. Qu'importe, Maëlle n'en fut pas davantage désireuse d'un quelconque retour, et ainsi demeurer à nouveau au détriment d'un quotidien, qui jusqu'à présent n'eut jamais été véritablement le sien. Son sourire se fit à peine forcé, tant ses prunelles inquisitrices effleurèrent vulgairement leur interlocuteur. D'un tempérament foutrement nonchalant d'ordinaire, la brune semblait l'être tout autant en présence d'un homme, qu'elle affectionnait tout spécialement. Certainement une façon peu plaisante de se protéger hargneusement d'un manque à venir, de se préserver détestablement d'une mélancolie à faire régresser. Son paternel, ou cet individu, qui n'aurait guère grand-chose à envier à autrui. L'unique personnalité qui s'avérait désespérément indispensable à ses angoisses d'adolescente, subtilement indocile. Lui, qui malgré la totalité de son appréhension ne jugeait pas nécessaire d’oppresser son enfant -unique-, quant à l'arrêt définitif de ses études, au gré d'une orientation plus que surprenante. ─ Je vαis bien. Conclut-elle aussi froidement, qu'elle tentait éventuellement de conserver son impassibilité de façade. Lorgnant vivement la pièce d'une extrémité à l'autre, Maëlle pris soudainement conscience de combien cet appartement situé non loin du centre-ville -financé par son géniteur-, demeurait probablement hostile une fois seule. Un environnement à l'aspect visiblement réconfortant, bien que finalement trop vaste à son goût. Mimant un infime raclement de gorge, l'américaine roula promptement des yeux, succédant à un bref mouvement en surplace, aspirant certainement à mettre un terme à ce silence à la fois lourd, et grandement déstabilisant. ─ Tu devrαis peut-être y αller... Je ne voudrαi pαs... Craquer, aussi faiblement que ses agissements du moment. S’effondrer maladroitement, naïvement. Son regard apparemment dépouillé d'émotions, vint anormalement jongler de son paternel au vide le plus extrême, irrémédiablement incapable de s'élancer au travers d'un monologue parfaitement inutile et foutrement embarrassant. Acquiesçant d'un sourire finement compatissant, et ampli de sens, ce dernier se dirigea à la porte d'entrée, suivi de près d'une Maëlle silencieuse, au visage abruptement décomposé. Une attitude tranchant incontestablement à sa posture orgueilleuse communiquée habituellement en société. ─ si tu αs besoin, tu n'hésites pαs. Venait-il de rétorquer spontanément, déposant sur son front, un baiser aussi inaccoutumé qu'il en était naturellement bienveillant. Voilà, qu'il restait durablement le seul à pouvoir prétendre à une telle gestuelle, la concernant. Maëlle, cette demoiselle d'autant plus sauvage, qu'elle ne se faisait d’ordinaire, distante. Son paternel disparu de son champ de vision, que son tout premier réflexe fut désespérément d'allumer la télé, en quête d'une présence bruyante, estompant de ce fait, cette réalité soudaine, que de demeurer complètement seule. Loin notamment, de toute contrariété quelconque se ralliant au Texas. Se laissant vulgairement crouler sur le divan, la brune subsistait obnubilée à l'idée que l'agitation, lui serait indispensable, non avide de souffrir d'une nostalgie, certainement propice dans ce cas, aux regrets plus permanents que seulement transitoires. Après tout, personne à sa place, n'avait fait le choix de s'éloigner hâtivement, renonçant au passage, à ses études. Absolument personne n'aurait autrefois, sciemment envisagé que Shepherdson demeurait susceptible de jaillir sur l'occasion d'intégrer une école de police, pas même elle, pour être complètement honnête. De plus, pourquoi avoir choisi la Nouvelle-Orléans? Assurément un moyen de conserver son autonomie naissante, sans réellement s'évader au bout du monde. Agrippant brusquement son téléphone, c'est ainsi, d'un sourire semble-t-il résigné, que Maëlle, vint notamment saisir, à quel point elle n'avait en cet instant, pas été la seule à tirer un trait sur son passé.       

   ©️ Votre pseudo  

   


Dernière édition par Maëlle Shepherdson le 22/03/16, 01:40 am, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 21/03/16, 02:24 am
Bienvenue parmi nous Si tu as la moindre question, n'hésite pas !
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : RubyRed
Double compte : Non
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 223
avatar
Hayley Marshall
Hope anchors the soul
Posté le 21/03/16, 02:25 am
Bienvenue parmi nous Maëlle!!
Bonne chance pour ta fichette!

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 21/03/16, 02:35 am
Bienvenue parmi nous Et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : Myself
Double compte : Aucun pour le moment
My heart is your's : Memories of nobody
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 31/01/2016
Messages : 216
avatar
Klaus Mikaelson
L'originel hybride
Posté le 21/03/16, 07:00 am
Hey bienvenue parmi nous et merci de t'être inscrite
Victoria Justice est juste *toussote*
Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à nous demander

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-originals.forumactif.org  | 
Page 1 sur 1

Crédit : Never-Utopia
Double compte : Nop !
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 26/02/2016
Messages : 253
avatar
Katerina Petrova
The Queen of Survivor
Posté le 21/03/16, 07:52 am
Bienvenue ma belle et bonne chance pour ta fiche .

_________________
You Know my name, not my story. You've heard what i've done, not what I've been through..

   (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1

Crédit : Khyler
Double compte : Nop
My heart is your's : Heart ? It's a Joke
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 26/02/2016
Messages : 126
avatar
Stefan Salvatore
The One & Only Reaper
Posté le 21/03/16, 08:24 am
Olleh ,

Quel excellent choix de célébrité . Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1

Crédit : Tag
Double compte : Morgan St. Jones
My heart is your's : Mon cœur est aussi libre que moi
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 319
avatar
Rebekah Mikaelson
The sexiest Mikaelson
Posté le 21/03/16, 11:28 am
Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche

_________________

Rebekah Mikaelson
La liberté n'a que le prix qu'on lui accorde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 21/03/16, 12:56 pm
Bienvenue ma jolie!
Je trouve ça chouette les gens qui prennent des humains! Il en manque généralement sur les forums surnaturels et ça n'est pas le cas ici. :D Bonne chance pour ta fiche. :lapin:
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : milkovich, (avatar).
Double compte : none.
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 21/03/2016
Messages : 9
avatar
Posté le 21/03/16, 03:31 pm
Merci beaucoup à tous,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1

Crédit : MINEFLY
Double compte : Nope
My heart is your's : Nobody
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 07/03/2016
Messages : 174
avatar
Angelya E. Beckford
Good Fairy Godmother
Posté le 21/03/16, 03:38 pm
Bienvenue j'adore ton avatar à très bientôt sur le forum !!!

_________________
Shadow of myself
Je ne distingue plus l'ombre de la lumière. Je ne suis plus qu'une coquille vide perdu dans le néant de mon coeur vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1

Crédit : milkovich, (avatar).
Double compte : none.
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 21/03/2016
Messages : 9
avatar
Posté le 21/03/16, 06:50 pm
Lily ;

Merci bien à toi.

_________________
This is where the chαpter ends, α new one now begins. time hαs come for letting go the hαrdest pαrt is when you know αll of these yeαrs when we were here αre ending but i'll αlwαys remember. we hαve hαd the time of our lives αnd now the pαges turn, the stories we will write we hαve hαd the time of our lives αnd i will not forget the fαces left behind. ─

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 22/03/16, 05:39 pm
Déjà, je commence par te souhaiter officiellement la bienvenue parmi nous

Je vais détailler point par point ta fiche et dire ce qu'il en est :

  • Partie physique et morale : Ta description physique est certes courte mais très bien formulée, on s'imagine bien l'aspect physique de ton personnage. De part son caractère, elle donne envie de pas trop s'en approcher, toutefois, cela n'est toujours qu'une carapace qui cache une vulnérabilité qui sera agréable à mettre au jour.
  • Partie histoire : Son enfance et son adolescence n'en furent pas moins chaotiques, et franchement, on comprend mieux son côté moral. Elle n'a pas eu une enfance sympathique et heureuse, et cela se ressent. C'est une personne très compliquée, qui donne cependant envie d'être découverte d'avantage. Surtout qu'elle sera bientôt un agent de police qui pourra enquêter réellement.
  • Partie test rp : Faire la séparation avec son père dans son nouvel appartement est une bonne idée. Ainsi, on peut bien voir la séparation faite avec son ancien elle et en quelque sorte sa renaissance actuelle. Cela donne envie de voir ce qui va se passer par la suite pour cette jeune femme un brin décalé.

Tout ça pour dire que tout est bon, je te valide  Je suis impatiente de voir ce que tu vas donner en rp ! Donc je t'invite à signaler ta célébrité ici-même. Puis une fois cela fait, n'hésite pas à poster ta fiche de liens et de rps.
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : milkovich, (avatar).
Double compte : none.
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 21/03/2016
Messages : 9
avatar
Posté le 22/03/16, 06:07 pm
Merci beaucoup, encore une fois. ❤

_________________
This is where the chαpter ends, α new one now begins. time hαs come for letting go the hαrdest pαrt is when you know αll of these yeαrs when we were here αre ending but i'll αlwαys remember. we hαve hαd the time of our lives αnd now the pαges turn, the stories we will write we hαve hαd the time of our lives αnd i will not forget the fαces left behind. ─

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
Contenu sponsorisé
Posté le
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1[  ]
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet