Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
« We're the demons locking in shadows »

Crédit : Myself
Double compte : Aucun pour le moment
My heart is your's : Memories of nobody
Disponibilité Rp : Je suis disponible
Ancienneté : 31/01/2016
Messages : 216
avatar
Klaus Mikaelson
L'originel hybride
Posté le 06/03/16, 07:39 pm


   
Klaus Mikaelson
   feat Joseph Morgan
 

 
« Le personnage »
Sexe:Masculin
 Âge et lieu de naissance: Plus d'un millier d'années plus tôt sur ces terres qui fut jadis les origines de Mystic Falls
 Nationalité: Américaine
 Statut social: Célibataire bien qu'il ait un héritier en route
 Métier/Occupation: Malfaiteur à temps plein, peintre à ses heures perdues
 But: En attendant la venue au monde de son enfant, Klaus n'a qu'une seule mission: il souhaite prendre le contrôle de l'armée de vampires que Marcel possède.
 Cause de la transformation : ( vampires, hybrides et loups uniquement ) Un millier d'années plus tôt, sa famille était prise sous le joug des werewolves. Afin de pouvoir lutter contre cette menace, sa mère Esther l'a transformé en originel. Mais il était également un werewolf et devint donc le premier hybride de l'histoire. Ses parents scellèrent cette partie sauvage en lui mais après 1 000 de recherche acharnée, il parvint à briser sa malédiction et à redevenir l'être inédit et spectaculaire qu'il rêvait d'être.
 Groupe:Les hybrides
« Vous »
Un pseudo: Yoshi
 Âge: 23 ans
 Une musique, un film, une série: Nemo (Nightwish), The dark knight, The Originals 8)
 Un passe-temps: L'écriture
 Depuis combien de temps faites vous du rp ?: Une dizaine d'année à peu près.
 Où avez-vous trouvé le forum ?: Question piège, je l'ai créé 8)
 Que pensez vous du forum ?: Il m'a l'air très prometteur du fait des membres que j'ai déjà rencontré ici. J'ai hâte de voir la suite

 
« Description Physique & Morale »
« Le caractère est une force de la nature, l’absence de caractère d’autant plus » Klaus Mikaelson est un personnage charismatique qui a marqué l'esprit de bien des personnes qui ont eu la chance ou le malheur de croiser sa route. Il doit cette dualité à son caractère particulier qui, parfois, lui fait défaut. Décrit comme psychopathe dans les libres d'histoire, jugé comme fou de la part de ceux qui le craignent, défini d'incurable par ceux qui ont perdu l’espoir de le voir un jour devenir bon, l'hybride est source de polémique. Arrogant, méprisant, égoïste, teigneux et capricieux, tel sont les traits de caractère qu'il expose aux yeux de tous. Klaus a le pouvoir et il s'en sert pour obtenir ce qu'il désire. Inspirer la crainte, la haine et la souffrance dans le cœur des autres ne le gênent en rien pour peu qu'il puisse obtenir ce qu'il veut. Torturer, manipuler et inspirer la crainte et le désespoir, tel sont ses procédures. En effet l'homme sait faire preuve d’énorme ingéniosité lorsqu'il s'agit de mettre au point un plan malsain. Stratège dans l'âme, lorsque ses muscles lui font défaut, il les compense avec son intelligence. Mais tous ces défauts et cette façade masquent chez lui de grandes blessures. Négligé par celui qu'il pensait être son père, Klaus a grandi en développant chez lui une culpabilité insurmontable. Peu importe le nombre d'erreurs qu'il a pu commettre au cours de sa longue vie, il est conscient de chacune d'entre elles et en a regretté un certain nombre. Il ne saurait dire combien de fois il a blessé sa sœur et ses frères qui pourtant comptent pour lui. Comme tous les Mikaelson, il préserve un sens de la famille primordial. Mais il se sent rejeté par eux, ce qui le conforte dans ses mauvais choix et le pousse à commettre l'irréparable.

« Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la beauté. Toute la place est pour la beauté »
Paradoxalement, l'Être le plus puissant et le plus craint du French Quarter n'est pas un géant de 2m, pesant 200kg et arborant une musculature digne de ceux qui fréquentent les salles de sport au détriment de leurs neurones. Klaus Mikaelson est en effet plus petit que la plupart des hommes qui l'entourent. Arborant une structure corporelle plutôt fine, l'hybride se distingue de par les postures qu'il présente. Dans cette idée il témoignera de sa curiosité lorsqu'il maintiendra ses mains dans le dos, il exprimera son impatience lorsqu'il croisera les bras et il présentera ses menaces sous forme de pointages de doigt à répétition. Ces grands gestes seront souvent accompagnés de hurlement ahurissant. En effet la voix de l'hybride est connue de ses ennemis comme de ses alliés puisque pour les uns comme les autres il ne manque jamais une occasion de crier. L'hybride est réputé pour être très expressif. Son sourire lui-même représente tout un langage. Parfois ironique, rarement sincère, l'homme est capable de changer l'expression de son visage en un instant. Tantôt apaisant, tantôt menaçant, il joue également beaucoup avec ses yeux qui parfois le trahissent. En effet malgré son emploi fréquent de la froideur, son regard ne trompe pas et le trahit quand il tente de masquer sa peine, sa déception ou sa colère. Sa barbe joue également un rôle primordial dans son look puisque c'est elle qui le dissocie de la plupart des vampires. Ce côté mal-rasé fait ressortir en lui sa partie werewolf qu'il ne tente plus de négliger depuis qu’il s’est lui-même libéré du sort d’Esther. Ses vêtements révèlent également chez lui une certaine relâche, un conflit entre les modes et un côté détendu qu'il tente de préserver aux yeux d’autrui. Nombreux sont ceux qui se sont amusés de ses cheveux bouclés mais peu sont encore en vie pour en parler.    

 
« Biographie »
Toute aventure se doit d'être racontée. Celles qui sont épiques se doivent d'être précises pour que chaque bataille puisse impressionner le lecteur. celles qui témoignent d'histoires d'amour se doivent d'être poétiques pour que les spectateurs puissent subir leurs émotions avec saveur. Celles qui concernent les tragédies familiales se doivent d'être sincères pour que les observateurs puissent en éprouver de la peine. L'épopée de Klaus Mikaelson est un doux mélange de ces trois registres. En effet, l'homme dorénavant âgé a eu sa dose de joies, de peines, de pêchés et de trahisons. Mais était-il responsable de tout cela ou n'était-il nul autre que victime d'un affreux destin? Remontons à ses origines. Ce ne fut qu'après la perte de leur premier enfant qu'Esther Mikaelson et son époux Mikael se décidèrent à quitter les prémices de la terre Européenne afin de rejoindre ce qui fut jadis appelé Le monde inconnu. Convaincus d'y vivre paisiblement, ils s'y installèrent avec leurs deux enfants Elijah et Finn. Malheureusement Mikael était toujours dévasté par la perte de son premier enfant. Il était à tel point qu'il en négligeait son épouse qui, face à l'absence actuelle de sentiments de Mikael, s'éprit d'un autre homme. Ce dernier lui paraissait noble, fougueux. Il était le leadeur d'un groupe de werewolves, leur alpha. Cet idylle secret conduisit à l'inévitable, la tromperie puis le drame. En effet, Esther tomba enceinte de son amant. Neuf mois plus tard vint sur terre Niklaus, le fils illégitime. Révéler sa tromperie à Mikael signifierait la fin de leur famille, concluait Esther. Elle choisit donc de faire croire à son mari qu'il était le père de l'enfant. Et cette nouvelle, aussi fausse qu'elle ait pu l'être, eut en un premier temps des effets positifs. En effet elle redonna un peu de joie de vivre dans le cœur de l'homme meurtri. « Il a le regard d'un guerrier, celui-ci survivra ! » clamait-il. Il était tellement heureux qu'il en retrouva la joie de vivre. A tel point qu'une série d'enfants débarquèrent. Il y eut la ravissante Rebekah, l'unique fille de la fratrie; l'amusant Kol, plaisantin à toute épreuve et le très calme Henrick, le cadet de la famille. Mais avec l'espoir vint l’exigence. Mikael était plus dur avec Niklaus qu'avec les autres. Il en attendait beaucoup de sa part. Très vite vint la déception. Ses paroles changèrent rapidement. Ses prédictions pour l'avenir de l'enfant qui avait pourtant changé sa vie prirent un autre sens. « Tu es une mauviette, boy. Tu ne seras jamais un guerrier ! » affirmait-il avec sévérité. Vivant le major parti de son enfance sous le joug de ce père haineux, Niklaus resserra les liens qu'il entretenait avec ses frères, sa sœur qui le défendait à toute épreuve et surtout sa mère auprès de laquelle il se sentait proche. Malgré cela, il ne cessa d'essayer d'impressionner Mikael, même si ses opérations guidées par le courage ne se concluaient à chaque fois que par le regard de mépris de ce dernier. Tel fut l'enfance de Klaus Mikaelson.

Déterminé à l'idée de devenir un homme aux yeux de Mikael, Niklaus commença dès l’adolescence à flirter avec le danger. En effet il passait son temps à se lancer de nouveaux défis, à pousser le groupe d'amis qu'ils formaient avec ses frères et les enfants voisins à prendre des risques et à défier l'autorité parentale en désobéissant constamment aux instructions des adultes. Sauf qu’avec le temps qui passait, les risques qu’ils prenaient grandissaient également. A l’âge de 12 ans, le danger était de grimper au sommet d’un sapin ou d’une falaise. Trois ans plus tard il prenait forme de sabotage de clôtures voisines, d’infiltrations chez le vieux grincheux du village, de vols discrets de nourriture et de babioles sur le marché. Sans parler de grand banditisme, les frères Mikaelsons profitaient de leur enfance et faisaient parler d’eux. Les villageois les voyaient sans cesse courir dans tous les sens, tant ils étaient nombreux. Il y avait toujours l’un d’eux pour capter l’attention de l’assemblée. Ils savaient tout de même se montrer serviables et étaient toujours présents lorsqu’il s’agissait d’aider les adultes dans leurs tâches. En effet, le village subissait fréquemment des assauts de bêtes qu’on appelait les Werewolves. Il fallait donc sans cesse réparer les dommages, préparer de nouveaux pièges, creuser des galeries souterraines afin de s’y cacher la nuit. Les Mikaelsons n’étaient pas les enfants les plus sages du village mais ils étaient appréciés pour cette qualité. Ces bonnes actions effaçaient dans le cœur des habitants du village les quelques bêtises qu’ils pouvaient parfois orchestrer. Seule une personne se montrait froide et ne tolérait pas leurs affronts : Mikael. Il ne supportait pas l’idée de voir qui que ce soit s’amuser. A ses yeux, le monde était froid et n’offrait en rien la possibilité de passer du bon temps. Il passait son temps à crier pour à témoigner son désarroi. Et il focalisait sa colère sur son fils Niklaus. Peu importe le soutien que pouvaient lui apporter Elijah et sa sœur Rebekah, Niklaus paraissait toujours coupable aux yeux de l‘homme qu’il tentait d’impressionner. Il n’était d’ailleurs pas puni à la légère. Coups de fouets et de bâton, étranglements, humiliations en public, l’homme cruel ne manquait jamais d’imagination lorsqu’il s’agissait de violenter son fils qu’il méprisait. Niklaus avait souvent essayé de se défendre mais subissait à chaque fois de cuisants échecs. Il l’ignorait mais sa mère lui avait offert un collier magique qui réduisait sa force physique afin de le protéger de sa propre nature. S’il avait tué qui que ce soit par accident, il aurait déclenché son gêne de werewolf et se serait alors livré à de nouveaux périples encore plus risqués. Grâce à cette fourberie planifiée par Esther, l’unique et véritable danger portait le visage de Mikael. Plus le temps passait et plus il se montrait rude. A côté de cela même la rivalité que l’enfant entretenait avec son frère Finn afin d’occuper la plus grande place dans le cœur d’Esther paraissait insignifiante. Même le duel auquel il se prêtait avec Elijah afin de séduire la ravissante Tatia Petrova semblait tout à fait innocent. Bien que ces divers défis égayaient le cœur de l’enfant illégitime en lui permettant de bâtir une certaine confiance en lui, il fut un soir où ces victoires ne lui suffisaient plus. Il fut une énième humiliation devant l’ensemble de leur famille, un dernier coup que Mikael porta à son fils Niklaus, une blessure supplémentaire qu’il affligea tant à son corps qu’à son esprit. Ce soit là, tandis qu’il pleurait sous le poids des coups, l’homme destiné à devenir la plus puissante créature que le monde ait connu se jura de ne plus jamais être faible aux yeux de qui que ce soit. Ce fut ainsi que, quelques heures plus tard, Niklaus se fixa comme objectif d’aller observer les Werewolves en action. Il se surprenait même à rêver en terrasser un de ses propres mains, de porter la peau de la bête morte jusqu’à la cachette des villageois avant de la jeter aux pieds de Mikael afin de pouvoir enfin recueillir sa fierté. Mais un tel exploit se devait d’être assisté. Il lui fallait un témoin pour assister à son grand triomphe. Seul un membre digne de confiance pouvait jouer ce rôle. Il se tourna donc vers ses propres frères. Mais Elijah était un homme sage. Il tentait de le raisonner en lui expliquant que c’était de la folie. Ce soir-là, tandis que la lune brillait de tout éclat, tous les villageois s’étaient cachés dans les galeries souterraines du village. Mais Niklaus était déterminé à accomplir son rêve. Et il avait réussi à convaincre le seul membre de sa fratrie qui n’était pas encore assez âgé pour comprendre qu’ils courraient droit vers une mort certaine. Cachés dans un arbre, Henrik et Niklaus observaient la première bête qui pointait le bout de son museau. Ils la voyaient saboter les plantations, saccager les maisons, détruire les récoltes. L’homme au cœur vaillant ordonna à son petit frère de rester caché avant de sauter de la branche de son arbre: « Regarde-moi bien brother ! Aujourd’hui je deviens le héros du village ! » annonçait-il d’un air aussi bien enjoué que déterminé. Sans attendre il courut à toute vitesse vers la créature en brandissant avec fierté la lame qu’il avait dérobée dans l’armurerie de Mikael. Il porta un coup en direction de la bête avant de crier avec fracas : « Celle-la elle est pour toi Father ! ». A peine eut-il le temps de finir sa phrase que la créature fit volte-face avant de pousser un cri dont le futur hybride se rappela toute sa vie. A peine blessé l’abominable monstre s’avançait vers son ennemi d’un air menaçant. Surpris de ne pas avoir réussi à la tuer et ébranlé par le souffle amer de la créature, il recula avant de tomber à la renverse sans pour autant lâcher son arme. Ses mains tremblaient tandis que les larmes commençaient à apparaître sur ses joues désormais ensanglantées. Poussé par la panique, il se leva, jeta son arme sur le sol avant de partir en courant. Il sentait derrière lui la créature qui lui courrait après et se mit à pleurer en abondance: « Non !! Laisse-moi tranquille !! Arrête ! Je ne veux pas mourir ». Sa visibilité en prit un coup sous l’abondance des larmes à tel point qu’il ne put esquiver le rocher qui vint frapper son pied. L’homme terrifié trébucha et roula sur le sol. Il se retrouva nez à nez avec la créature. Il recula et tenta de s’éloigner comme il le pouvait de son assaillant mais se retrouva dos à une falaise. C’était terminé, il ne pouvait plus s’enfuir. Il avait renoncé à tout espoir de survie mais fut surpris d’apercevoir son petit frère qui se jeta entre lui et la créature. Il se jeta même sur la bête et tentait de la retenir du mieux qu’il pouvait. Niklaus, choqué par le spectacle qui se déroulait sous ses yeux, vit son petit frère lui sourire avant de lui murmurer ces derniers mots : « Nik’ … vite … tu dois … survivre … par tous les moyens … » Une fois de plus motivé par l’adrénaline ainsi que par la dernière volonté de son frère, l’homme apeuré trouva la force de grimper au sommet de la falaise mais s’y retrouva coincé. Du haut de sa cachette, traumatisé, il voyait son petit frère se faire tuer sous ses yeux. Impuissant, il voyait le résultat de son rêve. Il avait négligé les mises en garde d’Elijah, les enseignements d’Esther qui lui avait toujours dit de ne jamais se frotter aux werewolves. L’homme déboussolé venait de causer la mort de son propre frère au profit de son simple égoïsme et de sa volonté d’impressionner leur père. Du haut de la falaise, il parvenait à regarder le regard vide de toute émotion et de toute vie de son défunt frère et bredouilla en sanglotant : « Henrik … qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire aux autres ? … je t’ai tué ! Je … je vais leur dire que c’était un accident, que … Que la créature nous a empêché d’aller nous cacher, que… non ! ça ne sera pas crédible… je vais leur dire que tu t’es sacrifié pour sauver le … le village ! Tu seras un héros aux yeux de tous ! Ton sacrifice aura sauvé des vies ! Ma vie ! L’honneur de la famille ! La fierté de notre père ! Et … et … et … » Il s’interrompu lui-même tant ce qu’il disait lui paraissait abject et impensable. Il s’imaginait mentir pour se sauver lui-même. Très vite envahit par une panique encore plus puissante et dévastatrice, il se mit alors à hurler à la mort, à taper du poing sur le sol et à se parler à lui-même en s’insultant de toute ses forces : « aaaaahhhhh, tu vas la fermer ! Ferme-la espèce d’abruti !!! » il enchaina très vite avec les insultes que Mikael avait l’habitude de lui affligé et qu’il refusait d’admettre jusqu’alors: « Mauviette ! Incapable ! Femmelette ! tu n’es pas un homme !! tu fais la honte de la famille !! tu … tu … tu … » ne parvint-il pas à finir tant il avait le souffle coupé. Il s’effondra sur le sol et jeta un dernier regard au cadavre de son frère avant de lui murmurer une dernière parole : « Henrik … pardonne-moi … » souffla-t’il avant de s’évanouir. La nuit du drame défila alors. Les villageois demeuraient cachés dans les souterrains sans penser un instant que l’un des leurs avait perdu la vie ce soir-là.    

La mort d’Henrik avait frappé si fort le cœur des Mikaelsons qu’Esther et Mikael durent trouver une solution radicale pour assurer la sécurité de leurs enfants. Après tout, il s’agissait là de la mission la plus importante qui était assignée aux rôles de parents. Et ce fut de ce devoir, de cette frayeur et de cette peine qu’allait naître une nouvelle espèce. D’origine magique, la mère des Mikaelsons eut recours aux services de l’une de ses semblables afin de transformer ses propres enfants, et son mari ensuite, en quelque chose qui allait changer le monde qu’ils connaissaient. Ces jeunes adultes étaient fragiles et innocents, il leur fallait donc des pouvoirs qui les rendraient plus forts. Ce fut ainsi qu’Esther Mikaelson créa l’espèce des Vampires. Niklaus et sa fratrie ne craignaient désormais plus la mort. Nombreux furent ceux qui tentèrent de les abattre lors des sicèles qui suivirent mais tous échouèrent. Pendaison, guillotine, écartèlement, et même quelque chose d’aussi fondamental que le ciel qui s’écraserait sur la terre ne sauraient les vaincre. Les Mikaelsons devinrent les plus puissantes créatures que la terre eut connues. Les werewolves eux-mêmes se seraient agenouillés face à eux. Mais avec la puissance et le pouvoir vint la faim. Cette incontrôlable soif de sang qui les poussait à blesser autrui devint très vite problématique. Ils venaient de passer du statut de victime à celui de prédateurs. Nul sort ne parvenait à calmer cette soif de globules rouges. Bien que leur pouvoir d’hypnose leur permettait d’effacer les traces avant de pouvoir évacuer les lieux avec leur vitesse accrue, la situation devint plus compliquée lorsqu’ils commencèrent à laisser des cadavres derrière eux. Niklaus, quant à lui, se fit frapper par quelque chose de bien plus inattendu que la culpabilité lors de son premier meurtre. En effet, lorsqu’il tua de sang-froid une innocente, il déclencha sa malédiction de werewolf. Ce fut ce jour tragique que l’infidélité d’Esther éclata au grand jour. En effet, cette récente transformation ne pouvait signifier qu’une seule chose : Niklaus était bien le fils d’Esther mais il n’était pas pour autant un Mikaelson. Lorsque cette dernière révéla alors la vérité à son mari, celui-ci rentra dans une colère folle et exécuta le loup qui avait osé lui dérober la passion de son épouse une vingtaine d’années plus tôt. Ansel, le père biologique de Niklaus, ainsi que toute sa meute vécurent une mort des plus douloureuses. Mais la vengeance de Mikael ne se serait jamais arrêtée là. Lui ainsi qu’Esther et avec l’assistance d’Elijah jetèrent un sort au tout premier hybride, un tour de magie qui consistait à le brider et à sceller la bête qui sommeillait au fond de lui. La mort d’Henrik, la culpabilité qui en découle, la découverte de ses origines, la capacité de rencontrer sa famille ôtée, le décès de Tatia Petrova ainsi que la trahison d’Esther furent les prémices du changement de personnalité de Niklaus. En effet la colère et la rancune se développèrent dans son esprit. Il avait passé sa vie à subir les conséquences de sa propre faiblesse. Désormais il avait le pouvoir et il était temps de l’utiliser. Il commença alors à bâtir des projets. Mais tous les projets se construisent sur des sacrifices. Dans un élan de rage, l’auto-rebaptisé Klaus porta atteinte à la vie de sa propre mère. Privant toute sa famille de l’amour de leur mère ainsi que de leur présence, il lança un jeu qu’il allait apprendre à maîtriser par la suite : l’art du mensonge et de la manipulation. En effet, il déclara à ses frères et sœur qu’il avait vu Mikael tuer Esther et qu’ils devaient tous s’enfuir avant d’être les prochains sur sa liste. Vint alors le sacrifice suivant : terrorisés à l’idée d’avoir à faire à la folie de leur père, l’ensemble des Mikaelsons durent renoncer à leur village natal. Après quelques minutes à contempler ces maisons, ils se firent la promesse solennelle de rester ensemble à jamais, quel que soit l’endroit où ils vivraient. Ils se lancèrent alors dans un voyage qui s’annonçait éternel. Puissants et ambitieux, le monde s’ouvrait à eux. Ils étaient enfin libres d’aller où ils voulaient, quand ils voulaient et de la manière dont ils voulaient. C’était l’avantage d’être si puissants, ils pouvaient repousser les limites de la réalité. Malgré cela, ils ne cessèrent jamais de regarder derrière eux afin de s’assurer que jamais Mikael ne viendrait déposer le poing de la vengeance sur leur fratrie.  

Bien qu’unie, la fratrie des Mikaelsons était composée de membres qui disposaient chacun d’aspirations différentes. Tandis qu’Elijah était principalement tourné vers le maintien de la cohésion familiale et que Rebekah était davantage orientée vers la construction d’une vie sentimentale honnête, Klaus cultivait des fantasmes bien moins nobles. En effet et malgré ses multiples pouvoirs, il se savait capable de devenir beaucoup plus fort et aspirait à se libérer des chaines qu’Esther avait imposées à sa personne. Ce fut donc en ce premier siècle qu’il passa son temps à étudier ses pouvoirs, ses limites ainsi que l’univers magique dont il était passé à côté durant sa tendre enfance. Il questionnait bien des sorcières afin de trouver un moyen de rompre sa malédiction. Mais obtenir des réponses lorsque l’on est qualifié de monstre n’est pas chose aisée. Il dû donc s’abandonner à de bien vilaines pratiques. Tortures, massacres, manipulations, tel étaient ses méthodes. Très vite il commença à être craint et réputé pour sa barbarie et son insensibilité. Mais cette image avait porté ses fruits. Il avait finalement réussi à découvrir le sort qui l’avait frappé un siècle plus tôt mais surtout le rituel pour s’en libérer. Pour devenir la créature ultime, il se devait de collecter le sang d’une Petrova, de sacrifier un membre de chaque espèce, de trouver la pierre de lune et de séduire une sorcière susceptible de l’aider à jeter ce nouveau sort. De nouveau frustré par le décès de son ancienne amie Tatia mais pour des raisons bien plus égoïstes que la tristesse, Klaus se referma encore plus sur lui-même et devint plus sombre encore qu’il ne l’était déjà devenu. Cette nouvelle cruauté qui se développa en lui ne fut pas sans interpeller ses frères et sœur qui tentaient de faire ressurgir en lui sa bonne nature profondément enfouie. Mais comment faire taire ces individus qui devenaient particulièrement casse-pieds? En effet, bien des hommes avaient tentés d’arrêter Klaus mais tous trouvèrent la mort. Mais comment se débarrasser de créatures immortelles ? C’était impossible. Klaus dû donc apprendre à manipuler ses frères et sœur, son propre sang, pour justifier ses mauvaises actions. Ainsi, tuer un homme dont Rebekah était amoureuse se traduisait en la bouche de l’originel fourbe par un beau geste uniquement destiné à la protéger. Brûler un village où ils vivaient mais qui ennuyait Klaus se justifiait par l’arrivée imminente de Mikael. Parfois il disait vrai. D’autres fois il mentait. Mais l’un de ses frères était loin d’être dupe. Elijah, le frère noble, n’approuvait pas sa cruauté et ne manquait jamais de le lui faire savoir. Sans parler de Finn qui ne cessait de leur dire qu’ils étaient des monstres, un fléau sur terre, et qu’ils devaient trouver un moyen de mourir. Faire taire cet agaçant personnage devenait primordial. Malheureusement c’était impossible. Mais un jour le destin offrit à Klaus l’opportunité de corriger ce problème. Après une brève rencontre avec des chasseurs peu communs, Klaus devint l’heureux propriétaire d’une poignée de dagues magiques capables de plonger ses frères et sœur dans un profond sommeil. Il aurait lui-même était victime de ces couteaux s’il n’avait pas été protégé par ses gênes de loup. En effet, bien que scellée, sa nature de werewolf le prémunissait contre les dagues anti-originals. Il ôta la vie de ces chasseurs de la manière la plus violente qu’il ait pu trouver au fin fond de son imagination. Obtenir ces dagues avait tout de même un prix. En effet le meurtre de ces chasseurs lui a procuré une nouvelle malédiction. C’était à croire qu’il en était le roi. Ce fut ainsi qu’il passa 52 ans, quatre mois et neuf jours à être hanté par les fantômes de son passé. Parfois il voyait les chasseurs qu’il avait tués. D’autres fois il apercevait ses amis qu’il avait laissés mourir. Il tenta bien des fois durant ce mauvais périple de mettre fin à sa propre vie mais il échoua. Après tout il était immortel. Quand enfin il fut délivré de ces hallucinations, il put reprendre le cours de ses projets. Il avait perdu suffisamment de temps comme cela et ses rêves étaient encore loin d’être accomplis. Mais après ce demi-siècle passé à enduré le martyr, il avait perdu en patience. Et les remarques déplacées de ses frères lui paraissaient encore plus insupportables. Ce fut ainsi qu’après un unique avertissement Finn se risqua de nouveau à essayer de sauver l’une des victimes de son frère sournois : « Nous sommes des monstres ?! Nous devons mourir ?! C’est ce que notre mère voudrait ?! » hurlait-il tandis qu’il tenait son faible frère par le cou. Il se calma aussitôt avant de lui annoncer de façon bien plus paisible : « Bien. Sois donc le premier à la rejoindre. Nous te suivrons ». Il planta alors l’une des fameuses dagues qu’il avait durement gagnée dans le cœur de son frère devant l’ensemble de sa fratrie. Ainsi le message était clair. Famille ou non, quiconque se mettrait en travers de sa route subirait le même sort. Plus sombre que jamais Klaus était enfin en mesure d’acquérir ce qu’il désirait. Désormais la situation était claire. Il était le plus puissant des Mikaelsons, et il était le leader de leur groupe. Leur conquête du monde allait pouvoir repartir mais sous un autre angle. En effet, après seulement un siècle d’existence, il transportait déjà l’un de ses frères dans un cercueil. Qui saurait dire comment ce voyage allait se terminer ?    

Malgré l’absence de Tatia, Klaus n’avait pas encore renoncé à l’idée de se libérer du dernier sort d’Esther. En effet l’éternité lui avait été offerte, il allait pouvoir la passer à chercher un moyen de substituer un élément avec le sang de Tatia. Après tout son existence prouvait bien que tout était possible. Il ne désespérait donc plus et persistait à croire qu’un jour il serait une créature unique en son genre. Bien qu’un élément s’annonçait difficile à trouver, le reste était beaucoup plus simple à récupérer. Afin de trouver la fameuse pierre lune, il écrivit des textes qui, avec le temps, deviendraient des légendes. En effet il était l’auteur d’une histoire qui consistait à faire croire aux werewolves qu’il existait un moyen de contrôler leur transformation en loup. Ainsi, les milliers de descendants de ces créatures qui oppressaient autrefois la famille Mikaelson allaient désormais œuvrer dans l’intérêt du futur hybride sans même le savoir. Le tout avançant à grand pas, ce ne fut que quelques siècles plus tard que le miracle se produisit. Klaus eut vent de l’existence d’une dénommée Katerina Petrova en Bulgarie. Le nom parlait de lui-même, Klaus se devait de la rencontrer. Ce ne fut qu’après l’avoir invitée à le rejoindre en son royaume et après confirmation d’Elijah que Katerina était bel et bien le sosie de Tatia que le seigneur Klaus se décida d’aller à sa rencontre. En une charmante soirée, les deux frères pourtant soudés à l’époque tentèrent de séduire le cœur de la belle. Ce n’était cependant pas pour les mêmes raisons. Elijah, quant à lui, la charmait par amour. Klaus le faisait afin de mener à bien son plan. Après quelques temps passés à vivre avec elle, le jour du rituel s’annonça. Klaus allait enfin pouvoir salir la dernière volonté de sa mère en devenant la créature qu’elle refusait de voir en lui. Mais un imprévu vint de nouveau se mettre sur sa route. L’amour qu’Elijah portait à Katerina devint si fort qu’il tenta de la sauver. Il en fit même l’erreur d’annoncer la vérité à la belle, à savoir qu’elle était destinée à mourir de la main de son frère Klaus. Il pensait que de savoir qu’il possédait le moyen de la sauver la rassurerait et qu’elle choisirait de rester auprès de lui tout en acceptant le destin que Klaus lui réservait. Mais il avait tort. Katerina prit ses jambes à son cou et tenta de s’enfuir avec la pierre de lune. Ce ne fut que quand elle comprit qu’elle n’avait aucune chance de s’échapper qu’elle se suicida et devint une créature de la nuit. Ce soir-là Klaus renonça une fois de plus à son rêve et se jura de se venger de cette femme qui l’avait trahi et qui, malgré sa faiblesse, avait réussi à contrecarrer ses projets. Mais l’homme énervé savait bien des choses en ce qui concerne la vengeance. Il décida de récompenser Katerina comme il se le devait. Il se hâta d’aller chez elle et d’ôter la vie de l’ensemble de sa famille. Il était tellement en colère qu’il laissa les corps entreposés où ils étaient. Lorsque Katerina rentrerait, le message parlerait de lui-même. Peu importe le temps que ça prendrait, il s’était juré de retrouver cette traitresse et de lui faire passer l’envie de le décevoir à nouveau. La vengeance a une sœur jumelle : la patience. Il savait pertinemment qu’en alliant les deux il offrirait à Katerina la punition adéquate à sa traitrise. Mais une telle péripétie n’avait fait que trop de bruit. Klaus et sa fratrie quittèrent donc ce royaume qu’ils avaient construit, terre qui fut brûlée quelques mois plus tard par Mikael qui fut par la même occasion rebaptisé : le Destructeur.

Avec son récent échec Klaus devint plus sombre et froid qu’il ne l‘était. Son humanité s’amenuisait à la même cadence que son rêve. Pour échapper au joug de son ère haineux il se devait de devenir fort. Mais pour se faire il avait besoin de devenir quelque chose d’autre. A cause de Katerina Petrova, ce projet avait été repoussé. Il ne lui restait plus que la colère et le mépris. Soutenu par les conseils d’Elijah qui cherchait sans doute à se racheter, Klaus débarqua sur ces terres qui furent les prémices de la Nouvelle Orléans. Pour la première fois depuis longtemps, le futur hybride s’était fixé de nouveaux objectifs. Il aspirait à créer une ville où sa famille pourrait vivre de manière confortable. Ce ne fut pas chose aisée mais à force d’efforts et grâce au soutien de sa famille il parvint à construire une ville où il faisait bon vivre. Les alliances principales étaient prononcées, chaque espèce restait à sa place, tout se passait pour le mieux. Malgré cela Klaus ne parvenait pas à combler le trou qu’il avait au fond du cœur. La fierté d’avoir construit un tel endroit ne suffisait pas. Un jour, tandis que la famille se rendait à l’enterrement du fils du gouverneur actuel, un étrange miracle se produisit alors. Klaus aperçut au loin un jeune esclave subir une série de coups de fouet. Ce ne fut qu’après quelques secondes à le voir essayer de résister à son oppresseur qu’il se décida à le sauver. Ce ne fut qu’une fois fait qu’il se présenta au jeune garçon. Pour la première fois depuis plusieurs siècles, Klaus avait agi dans l’intérêt d’un autre. Sans le vouloir cet esclave que Klaus baptisa Marcellus venait de faire ressurgir en lui son humanité disparue. Pour la première fois depuis longtemps Klaus ne sentit plus le trou qu’il avait à la place du cœur. Il prit alors le jeune garçon sous son aile et l’éleva comme son fils. En le faisant, il fit de lui le prince de la Nouvelle Orléans. Mais en l’absence de mère le jeune Marcellus dû quelque peu modifier le complexe d’Œdipe. Au fil des années, il finit par tomber amoureux de ce qu’il avait de plus proche d’une maman : la sœur de Klaus. Mais ce dernier était possessif avec elle au point qu’à ses yeux même quelqu’un d’aussi proche de lui que Marcellus n’aurait su se montrer digne de Rebekah. Quand enfin le jeune garçon devint adulte et en âge d’assumer son amour pour la jolie blonde, Klaus lui imposa un ultimatum cruel. S’il voulait vivre son idylle avec l’originelle, il devait renoncer à l’idée de devenir un jour un vampire. Ainsi, s’il l’avait fait, Rebekah n’aurait pas eu à passer 52 ans dans un cercueil avec une dague plantée dans le cœur. Mais comme tout homme, il fut attiré par le pouvoir et choisit plutôt l’immortalité. Malgré cela Klaus ne tenait pas sa promesse et refusait de le transformer en vampire par peur de voir disparaître ne Marcellus tout ce qui fait le charme de sa personnalité. Mais un jour le seigneur du French Quarter se retrouva à son tour face à un cruel dilemme. En effet Marcellus fut mortellement blessé par son propre père. Il dû donc faire face à ses plus grandes craintes et transforma son fils adoptif en vampire. Il commença alors sa formation en tant que tel mais avait négligé l’une des émotions de son ami qui, désormais, allait se voir grandir : la rancœur. En effet ce dernier n’avait pas encore renoncé à l’idée de vivre heureux avec Rebekah et commença à comploter dans le dos de Klaus. Nombreuses fut ses tentatives mais jamais il ne fut si près d’atteindre son objectif que le jour où il s’allia avec l’amour de sa vie afin d’attirer Mikael à la Nouvelle Orléans. Un plan qui frôla la perfection puisque le destructeur fit son entrée au French Quarter, retrouva ses enfants et leur offrit la plus grande frayeur de leur vie. Cruelle injustice lorsque l’on sait que le matin même Klaus s’était fait à l’idée de voir sa sœur heureuse dans les bras de Marcellus. Une image qui s’effaça très vite lorsqu’il aperçut ce même garçon attaché à un pilier et au bord de l’agonie. Tout ce que Klaus avait construit ces derniers siècles lui donnait alors l’impression de s’envoler tandis que sa propre vie était menacée. Renonçant à ce bonheur qu’il avait tenu entre ses mains un bref instant, il parvint à s’échapper avec sa sœur mais se résigna à laisser Elijah, Marcellus ainsi que la Nouvelle Orléans derrière lui. Sans jamais savoir comment Mikael les avait trouvés, il abandonna plus que jamais ses émotions en supposant que le bonheur lui était interdit et que tout individu appréciant sa fratrie était destiné à mourir des mains du destructeur. Ainsi, la promesse que les Mikaelsons s’étaient faite neuf siècles plus tôt prit tout son sens. Seule sa famille serait là pour lui : always and forever. Mais à l’heure actuelle, la seule personne qui lui restait encore était Rebekah. Elijah s’était sacrifié pour retenir Mikael tandis que Kol et Finn reposaient dans des cercueils.
 
Les quelques années qui passèrent offrirent à l’Originel sans émotion le luxe de s’accrocher à l’unique chose qui lui restait : sa sœur. Mais depuis la chute de la Nouvelle Orléans, cette dernière lui paraissait évasive. Elle parlait moins, se confiait beaucoup moins et semblait malheureuse. Ce ne fut que lorsqu’elle rencontra le très controversé Stefan Salvatore qu’elle lui parut s’égayer. Bien que lui-même convaincu par le vampire qu’il venait de rencontrer, il était tout de même anxieux de voir sa sœur lui échapper. Ce ne fut que lorsque Mikael pointa le bout de son nez à Chicago qu’il parvint à régler le problème. Il s’enfuyait avec elle en laissant leur nouvel ami derrière eux. Néanmoins la belle réussit à le surprendre de par sa réaction. En effet celle-ci annonça à son frère qu’elle ne le suivrait plus et qu’il était temps pour elle de vivre sa vie. Celui-ci le vécut comme une trahison et planta une dague dans son cœur avant de l’embarquer dans un cercueil. Il quitta alors la ville et reçut la punition qu’il méritait et qu’il craignait tant : la solitude. Ce fut ce sacrilège qui le poussa encore plus à réaliser ses rêves de grandeur. Pour combler sa solitude, il deviendrait plus puissant qu’il ne l’était déjà. Tel était son objectif. Au fil du vingtième siècle il eut l’occasion de se faire des alliés remarquables. L’unique frère qu’il lui restait n’en faisait pas parti. En effet lorsqu’Elijah apprit ce que Klaus avait fait à leur petite sœur, il se kouroussa. Il le fit d’autant plus lorsque Klaus lui fit croire qu’il avait jeté les cadavres de leurs frères et sœur dagués dans l’océan. Se créant ainsi un nouvel ennemi mortel, Klaus se perdit dans sa propre paranoïa et commença à se méfier du moindre être qui l’approchait. Ce qui ne l’empêcha tout de même pas de s’entourait d’alliées puissants tel la fille Martins, une sorcière qu’il eut séduite grâce à la promesse du pouvoir. Ce ne fut qu’aux prémices du vingt-et-unième siècle que Klaus vit un nouvel espoir pointer le bout de son nez. Il eut vent de la naissance d’Elena Gilbert, descendante de Katherine Pierce, sosie de Tatia Petrova. Le vampire qui lui servit cette information ne fut autre qu’Izobel, la mère biologique de cette enfant au destin sinistre. C’est alors que Klaus annonça à son assemblée, foule composée des multiples créatures qui lui avaient juré fidélité: « Mes amis, l’heure est arrivée. Nous partons tous pour Mystic Falls » . annonç-t’il d’un air déterminé avant de sentir la panique sur le visage d’Izobel. Il la contraignit alors à aller annoncer à sa fille et ses amis qu’il était en route, puis à se suicider sous ses yeux. L’heure de la libération s’annonçait imminente. Il était grand temps pour l’Originel puissant d’aller accomplir ce rêve qu’il entretenait depuis plus de mille ans.

Lord Klaus débarqua enfin à Mystic Falls et mit la ville sans dessus dessous. Multipliant les stratégies et surpassant ses adversaires en termes de stratégie, il parvint très vite à collecter les multiples ingrédients de sa libération ainsi que la femme dont il voulait se venger depuis fort longtemps. Malgré une défense plutôt rude et l’intervention inattendue mais dangereuse de son frère Elijah, Klaus parvint à briser la malédiction dont il était victime depuis un millier d’années. Il confia également dans un moment de faiblesse à son frère qu’il lui avait menti et que tous les frères étaient encore vivants. Ainsi il put survivre et piéger ce dernier dans la foulée. Il le dagua et l’entreposa auprès de ses semblables, comme promis. Son rêve venait de devenir réalité. Il était devenu l’hybride originel, l’ultime créature. Tout être censé ce serait arrêté là dans sa quête de pouvoir mais Klaus était connu pour son ambition. Désormais puissant, il se devait de combler sa solitude. Il se mit alors en quête de procréation. Il tenta fastidieusement de créer de nouveaux hybrides. Assisté par son nouvel allié Stefan qu’il faisait adroitement chanté, il commença à faire des expériences. Mais toutes échouèrent. Pour que cela fonctionne il lui manquait un ingrédient : le sang des Petrova. Il eut fini par l’apprendre après avoir libéré sa petite sœur et s’être offert un nouveau voyage au cœur de Mystic Falls. Tout se passa à merveille. Il comprit comment créer des hybrides et partit aussitôt à la recherche de loups à transformer. Mais en son absence ses ennemis avaient préparé leur vengeance. S’alliant avec Rebekah, ils tendirent un piège à l’hybride originel et l’attirèrent à Mystic Falls, en ce même endroit où Mikael se trouvait. Après une éprouvante confrontation verbale, le destin offrit à Klaus l‘opportunité d’éliminer son père par surprise. Enfin libéré de cette menace qui pesait sur lui depuis mille ans, il apprécia alors le goût de la vie. Mais le bonheur était réputé pour être éphémère et il était sur le point de l’apprendre à ses dépens. Un nouvel ennemi venait de se dresser sur sa route. Un adversaire intelligent et des plus stratégiques : Stefan Salvatore. Ce dernier se montrait sous un nouveau jour. Il n’était pas le Reaper que Klaus avait rencontré par le passé. Il n’était pas non plus l‘amoureux qui se sacrifiait pour sa fiancée ou le frère aimant qui offrait sa vie pour Damon. Il était quelqu’un d’autre. Un être froid, solitaire et avide de vengeance. Après que ce dernier eut dérobé les corps dagués des frères et sœur de Klaus, Mystic Falls devint le plateau d’une immense partie d’échec. Cette bataille qui opposait les deux titans faisait rage et entraina quelques complications. En effet les frères Salvatore parvinrent à libérer l’ensemble des Mikaelsons mais également quelqu’un que Klaus redoutait beaucoup plus : leur mère. Et ses craintes furent justifiées. Rusant l’apparence d’une mère aimante en un premier lieu, la sorcière originelle se montra très vite sous un nouveau jour. Elle complota dans l‘ombre et tenta d’ôter la vie de ses enfants à maintes reprises. Echouant de peu elle réussit tout de même à causer des pertes des deux côtés dont celle d’Alaric Saltzman qu’elle avait transformé en originel. Elena elle-même devint vampire et Klaus vit ses projets de procréation détruits de nouveau. Il aperçut tout de même un semblant de rayon de soleil lorsqu’il apprit la remise en jeu du remède contre le vampirisme. Cherchant à mettre la main dessus, il ne put voir venir le complot que les siens avaient orchestré contre lui. Ainsi, tandis qu’ils essayaient de se débarrasser de lui, ils perdirent tous la vie. Se retrouvant seul à nouveau, il reprit l’image sombre de lui-même qu’il affichait. Et pourtant ses sentiments pour Caroline lui donnaient envie d’être meilleur. Il ne cessait d’essayait de la satisfaire et collaborait lorsque ses amis avaient besoin de lui. Ces efforts se virent brisés le jour où il assista à l’assassinat de son frère Kol. Entrant dans une rage noir, Klaus tenta de tuer Elena et Jeremy Gilbert mais fut arrêté par Bonnie Bennett et ses nouveaux pouvoirs. Quand il put enfin se libérer de la prison de cette dernière, il apprit que Katerina Petrova s’était emparé du remède. Ayant perdu toute confiance en Caroline et ses amis, il se referma de nouveau sur lui-même et se jura de ne plus jamais les aider.

Vint alors le fameux jour où Klaus croisa la route d’Hayley Marshall. Il l’avait déjà rencontrée par le passé mais n’avait jamais vraiment prêté attention à sa personne. Néanmoins il la savait responsable du massacre de ses derniers hybrides et comptait bien le lui mettre en plein visage afin de la convaincre de lui dévoiler la localisation de Katerina Petrova et du remède. Mais celle-ci se montrait d’humeur joueuse et refusait de se plier aux règles de l’hybride qui, pourtant, se faisait un malin plaisir à sortir ses atouts de charme et de manipulation. Une chose en entrainant une autre, ces deux âmes solitaires finirent par s’accorder un moment de faiblesse et finirent les négociations au lit. Obtenant alors l’un de l’autre les informations qu’ils désiraient, ils pensèrent avoir obtenu tout ce qu’ils désiraient et que plus jamais ils n’auraient à faire de nouvelles affaires. Ils avaient tords. Hayley et Klaus venaient de se lancer dans quelque chose qui allait changer leurs vies à jamais. En effet l’un comme l’autre avaient souvent donné la mort, mais ce soir-là ils venaient de donner la vie. Ce ne fut que quelques semaines plus tard qu’ils le découvrirent et cette récente nouvelle transforma la menace qu’exerçait sur eux Silas, l’histoire d’amour d’Elijah et Katerina et l’amitié entre Klaus et Caroline bien insignifiantes. Ce fut à la Nouvelle Orléans que Klaus apprit qu’il allait être père. Après tant d’années passées à essayer de créer des semblables, il venait finalement de le faire de la façon la plus naturelle qui puisse être. Ce qui ne l’empêcha pas d’être secoué au départ. Il se fit peu à peu à l’idée avec le soutien d’Elijah mais se rendit compte que la situation était compliquée. Cette ville qu’il avait jadis construite n’était plus la même. Marcel était aux commandes maintenant, les vampires vivaient en maîtres sur le French Quarter. Les autres espèces vivaient en quarantaine. Les sorcières tendirent un piège à l’Hybride originel en tentant de le faire chanter en menaçant la vie de son enfant. Klaus se lança alors dans une lutte sans merci pour le pouvoir. Son adversaire était son ancien ami, le fils qu’il avait élevé, mais pour offrir à son enfant une ville paisible il se devait de devenir le roi de la Nouvelle Orléans. La lutte pour le pouvoir était donc déclarée !      

 
« Scène RP »

Klaus menait de loin le plus maladroit combat auquel il lui fut offert de prendre part. D'une part l'ennemi était sa propre fille, ce qui rendait ses complots idéologiquement plus difficiles, mais il était également victime d'un mauvais sort qui le contraignait à agir vite et avec puissance. Destiné à passé sa vie sous forme de loup, seule une journée par mois lui offrait la possibilité de se présenter sous sa véritable apparence. En sachant cela, il se devait de ne perdre la moindre petite seconde. Ce jour-là, tandis qu'il était à cours d'idée, la phase suivante de son plan se dessina d'elle même. Errant dans les rues de la haute ville, il cherchait désespérément quelqu'un qui saurait l'aider à remettre sa fille dans le droit chemin. Le destin se joua de lui en mettant sur le visage de cet individu providentiel celui de sa plus grande victime: Elena Gilbert. Il avait passé deux ans à la menacer, à l'utiliser et à la faire souffrir pour son propre bénéfice. Klaus Mikaelson comprit alors qu'il y avait bel et bien quelqu'un qui se tenait au dessus de la terre et qui jouait avec eux. Et ce quelqu'un avait un sacré sens de l'humour. Klaus n'eut le temps d'accoster la Petrova la plus jeune du nom que celle-ci le remarqua. Il la reconnut à cet espèce de mimique qu'elle avait à chaque fois qu'elle croisait sa route. Il sentit ce qui semblait être de l'angoisse mélangé à de la fureur mais fut également surpris de voir qu'entre temps elle avait gagné en courage. Il faut dire que plusieurs années étaient passés. Et si elle avait réussir à la pression des frères Salvatores, alors elle avait tout à faire sa place à la Nouvelle Orléans. Ce fut d'ailleurs elle qui lança la conversation tandis que l'hybride continuait sa route et qu'il la sentait toute proche derrière. Elle prétendait être surprise de le voir en extérieur. Klaus fit alors volte-face et lui répondit sans plus attendre:

- « Vraiment Love? Pourquoi as-tu l'air si surprise? Cette ville est à moi, est-ce si surprenant de m'y voir? » mentait-il volontairement. Avant toute chose il se devait de découvrir ce qu'elle savait. Ainsi il n'en viendrait pas tout de suite au fait. Il reprit tout de même afin d'en savoir plus: « Je savais que je te manquerai. Cela fait combien de temps que nous nous sommes quittés... ah oui, vingt ans » déclara-t-il avant de lui adresser un grand sourire hypocrite:« Dis moi qu'aucun de tes amis n'est victime d'une morsure de loup parce que mon sang n'est plus à vendre. Quoi que ... Pour ma meilleure cliente je devrais pouvoir fournir une dernière fois. Cela dépend du prix que tu es prête à mettre dedans »

 ©️Klaus Mikaelson  

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-originals.forumactif.org  | 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1[  ]
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.