Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin

Crédit : RubyRed
Double compte : Non
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 223
avatar
Hayley Marshall
Hope anchors the soul
Posté le 11/03/16, 04:27 am


   
   Lyra & Hayley
     Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin

A
vec les projets de gloire de Klaus de reconquérir la Nouvelle-Orléans, je me retrouvais souvent seule à la plantation. Ce qui était plutôt une bonne nouvelle pour moi. Enfin… oui et non. Oui, parce que cela me permettait de m'éclipser, ni vu ni connu. Non parce que cela faisait croitre en moi la solitude que je ressentais de plus en plus pesante sur mes épaules ces derniers temps. Ils étaient tous tellement occupés que je me demandais parfois s'ils faisaient vraiment tout leur possible afin de me libérer de l'emprise de Sophie Devereaux. Pourtant, je ne doutais pas que l'enfant que je portais en moi était important à leurs yeux. Alors pourquoi avais-je l'impression qu'ils ne faisaient pas tout ce qui était en leur pouvoir afin d'accélérer les choses ? J'avais peur qu'il finisse par m'arriver quelque chose de grave, voire même mortel, si ce lien qui m'unissait à cette maudite sorcière n'était pas rompu…

Puisque mes sorties de ses derniers jours étaient passées inaperçues, je décidais de recommencer. Ça me faisait le plus grand bien de voir autre chose que cette demeure que je commençais à connaître sur le bout de mes doigts. Je n'avais jamais été cloitré entre quatre murs et malgré la grandeur de ma cage, je ne m'y sentais pas à l'aise le moins du monde. J'étais, ou plutôt j'ai été, un être libre. J'avais besoin de bouger et de voir le monde. Pas de rester enfermé, même si c'était pour ma sécurité… J'allais être prudente tout comme les autres fois et peut-être que mon absence passerait encore inaperçue.

La lune brillait haut dans le ciel bien qu'elle ne soit pas pleine lorsque je sortais à l'extérieur. J'avais toujours été fasciné par cet astre remarquable qui éclaire la nuit. Bien avant que j'apprenne mon statut de loup-garou. Peut-être que cela avait un lien avec ma nature, je ne serais pas capable de le dire exactement. Mais j'avais de nombreux bijoux en forme de lune, lorsque je griffonnais dans un cahier, c'était toujours ça que je dessinais. Après tout, c'était peut-être le destin qui était profondément gravé en moi. Je décidais de partir à pied. Si je prenais ma voiture, quelqu'un se rendrait compte de son absence trop facilement. Surtout que j'étais la seule à la prendre puisqu'elle était toute rouillée. Au moins, elle pouvait me conduire du point A au point B et c'est tout ce qui m'importait en réalité. N'ayant jamais été une femme superficielle, je n'avais pas besoin d'une voiture de luxe pour être satisfaite. Même si je me disais qu'il m'en faudrait probablement une qui semble moins dangereuse pour lorsque je vais avoir mon enfant. Question qu'il est en sécurité. C'est plongé dans mes pensées que je me faufilais à l'orée de la forêt afin de me diriger vers la ville. Courir dans les bois me fit le plus grand bien. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas fait un avec la nature. L'odeur de la terre mouillée, les feuilles qui frôlaient ma peau, la douce brise qui caressait mes sens… La nature avait toujours eu un côté apaisant et calmant. Cela faisait trop longtemps que je n'en avais pas profité. Je courais à travers les arbres comme si les troncs se tassaient devant ma course folle afin de me laisser passer. La louve en moi s'agitait. Je n'aurais jamais dû attendre aussi longtemps avant de revenir dans la forêt.

Cela faisait déjà un moment que je courais lorsque je vis la lumière de la ville filtrer à travers les arbres. J'étais arrivé ! Je sortais du couvert des arbres afin de me diriger dans les rues. Je n'eus pas le temps de me rendre bien loin qu'un homme d'une grande stature apparu devant moi, presque comme par enchantement. Même si j'étais moi-même plutôt grande pour une femme, il me dépassait aisément de presque une tête. Je croisais les bras sous ma poitrine, loin de me laisser impressionner par sa taille. La plupart du temps, plus ils sont gros et plus ils sont lents. Sauf que celui-là n'était pas un humain ordinaire. Je m'en rendis bien vite compte, car cet étranger n'était nul autre qu'un vampire. Je voyais dans son regard qu'il était à la fois surpris de me voir ici, mais aussi fâché. Les loups et les vampires n'avaient jamais eu de bons liens ensemble. Et c'était encore bien pire dans cette ville alors que les loups avaient tout simplement été bannis… Je regrettais soudainement d'être sorti sans aviser personne. J'étais dans le pétrin maintenant et j'avais couru après. Mais mon besoin de respirer avait été tellement fort… Je n'avais pas pu m'en empêcher ! Je me plaçais dans une posture défensive alors qu'il s'approchait encore un peu plus de moi. J'étais prête à me battre s'il le fallait, car je n'allais pas me laisser faire aussi facilement. Au moins, il ne devait pas savoir que j'avais un lien quelconque avec les Mikaelson et encore moins que j'étais enceinte de l'un d'entre eux. Très peu de personnes étaient au courant, mais je savais qu'il était impossible de faire confiance aux sorcières. Elles pourraient très bien parler… Même si cela n'était pas à leur avantage puisqu'elles se servaient justement de moi afin d'obliger Klaus à les soustraire du joug de Marcel. Une histoire bien compliquée de ce que j'avais pu comprendre entre les branches…

- Les loups sont interdits dans le vieux carré. Commença-t-il de sa voix lugubre. Dommage que je dois tuer un si beau spécimen !

Je le dévisageais tel qu'il le méritait, c'est-à-dire avec toute la haine qu'il m'inspirait. Je trouvais ça complètement dégoutant ce qu'ils avaient fait aux miens, à ma race. Dès lors que j'avais appris qu'ils avaient été obligés à vivre reclus dans les marais, j'avais eu envie de me battre pour eux. Afin qu'il puisse ravoir la chance de vivre parmi la société. Pour ça, je devais commencer par les trouver… Mais avant tout, je devais surtout survivre à cette rencontre importune.

-Oh, mais tu peux toujours essayer. Il va cependant falloir que tu te lèves tôt pour y arriver. Dis-je après avoir remarqué qu'il ne portait pas de bague à un de ses doigts. Ce qui me laissait présager qu'il ne devait pas avoir de bague de jour.

Il grogna suite à mon arrogance. Au moins il y avait un point positif, il avait compris la référence que j'avais faite. Il n'était peut-être pas une cause perdue… Néanmoins, je n'eus pas le temps d'y réfléchir davantage qu'il m'assena un violent coup de poing au visage. Je ne l'avais pas vu venir celle-là ! Je tombais à la renverse. Ma lèvre inférieure me faisait un mal de chien, sans vouloir faire de mauvais jeu de mots, alors qu'un goût métallique coulait sur ma langue. En me redressant sur mes coudes, je fis glisser mes doigts sur mes lèvres avant de regarder le bout pour confirmer que j'étais bien en train de saigner. Il n'y avait pas de doute, j'allais avoir la bouche enflée ! J'allais devoir me trouver une raison valable afin d'expliquer cette blessure si jamais je m'en sortais vivante…

-Tu vas regretter de m'avoir frappé ! grognais-je entre mes dents.

Je me redressais avec la rage au ventre. Prête à me battre pour ma vie, pour celle de mon enfant et pour toutes les injustices qu'avaient vécues les loups ses dernières années. Je grognais à mon tour, un mélange entre un cri humain et celui d'un animal. Laissant sortir toute cette frustration que j'avais accumulée ces derniers temps. Il allait payer pour tous les autres ! Sans attendre plus longtemps, je fonçais sur lui afin d'entrer dans la bagarre…


WILDBIRD
 

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 11/03/16, 09:26 pm


« Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin. »
feat. Hayley Marshall


Cette sensation de pouvoir qui vous envahit peu à peu quand vous menez la danse. Cette impression d’être invincible est si grisante, si puissante en moi quand je me bats. J’ai toujours aimé la bataille, aussi loin dont je me souvienne, je me battais dans la cour de récréation avec les autres. Vous allez me dire qu’une fille ne doit pas se battre, sauf que je n’étais pas n’importe quelle fille. Je suis la fille d’un militaire. Mon père m’a toujours dis que ce n’était pas parce que je suis une fille que je devais me laisser faire. Au contraire, il me disait que je devais montrer que je n’étais pas plus faible que les autres. Il a toujours cru en moi, il était toujours là pour me pousser. C’est grâce à lui que je suis quelqu’un de fort, qui sait se battre. Bien sûr, ma mère aussi m’a aidé et m’a entraîné. Mais elle, ce n’était pas contre le même type de combat qu’elle m’apprenait à lutter. Ce fut un combat tout autre qui m’incomba que quelques années plus tard, le métier de chasseuse. Métier qu’il me plaît à avoir, même s’il me coûta la perte du dernier membre de ma famille.

C’est ce même métier qui me poussa à bouger en direction de la Nouvelle-Orléans. En effet, il y a quelques jours, les marques couvrant une bonne partie de mon corps avaient disparues. Un seul mot me traversa l’esprit à cet instant. Silas. Il s’était réveillé, et cela signifiait qu’une nouvelle tâche m’attendait. Je devais le tuer à tout prix. Seulement en tant qu’immortel, il n’y avait aucun moyen de s’en débarrasser. Du moins si, le remède au vampirisme. Et comme par hasard, la tristement célèbre Katherine Pierce avait avalé ce dit remède. Mais une chose allait me faciliter les choses, c’était que ma proie voulait justement redevenir mortel et traquait Katherine pour s’approprier son sang et achever son but. Voilà qui simplifiait les choses. Je n’avais qu’une chose à faire, trouver cette ancienne vampire puis attendre l’arrivée de Silas. Je n’eus aucun mal à remonter la piste jusqu’à elle. C’est ainsi que je mis les pieds dans cette ville pittoresque qu’est la Nouvelle Orléans.

Toutefois, même si je savais la ville où résidait à présent Katherine Pierce, j’ignorais sa localisation exacte ici-même. Il me fallait percer les secrets de la ville ainsi que ceux de la jeune femme. Une solution paraissait justifiée, je devais me renseigner autour de moi, glaner des informations qui pourraient m’indiquer exactement où elle se terre. Pour cela, j’avais décidé d’attraper quelques vampires, car je n’avais pas de doute à avoir. Après une bonne séance de torture, les plus faibles auraient peur et me livreraient tout ce dont j’avais besoin de savoir en échange de leur survie. N’est-ce pas un échange équitable ? Certains diront que non, mais moi cela m’est égal. J’ai un but, tuer Silas, et peu importe ce qu’il me faudra détruire pour y arriver, je le ferai sans remord. Même si cela signifie laisser Katherine morte, si cela peut sauver le plus grand nombre, je n’ai pas le choix.

La lune était déjà haute dans le ciel quand je décidais d’aller à la pêche aux informations. Je m’étais vêtue de ma combinaison en cuir noire et de mes cuissardes, dans lesquelles j’avais glissé un pieu et un couteau. Après avoir attaché ma crinière rousse en une longue queue de cheval, j’avais glissé mon fusil à pompe dans mon dos et accroché tout un arsenal de cartouches contenant des fragments de bois imbibés de verveine. Me voilà enfin prête pour une petite virée shopping si je peux dire cela ainsi. J’attrapais ma veste en cuir noire que j’enfilais aisément puis mis mon casque de moto avec verre teinté. Mes clés de moto à la main, je m’étais dirigée vers celle-ci et ne tarda pas à partir en trombe jusqu’au vieux carré français que je savais pleins de vampires.

Sur place, je m’étais garée dans un petit coin isolé du reste du monde avant d’ôter mon casque. Selon moi, pour attraper un vampire et le forcer à parler, mieux vaut qu’il soit seul. C’est ainsi que m’était venue l’idée d’en attraper un à l’orée de la zone réservée aux vampires. Ainsi, je pourrais l’interroger plus facilement et personne ne pourrait se rendre compte de son absence. Mais pour mieux observer, je devais prendre de la hauteur. Dans une des ruelles, je grimpais sur une des bennes poubelles avant d’escaler avec aisance l’un des murs, prenant appuie avec prudence tout de même. Une fois rendue en haut du mur, j’attrapais la corniche et me hissa sur le toit de l’habitation. En hauteur, je ne risquais pas de manquer le moindre vampire solitaire. D’ailleurs, il ne me fallut pas longtemps avant d’en repérer un. Le suivant en sautant d’un toit à l’autre avec facilité, je veillais toutefois à ce qu’il ne me repère pas, préférant agir au moment opportun.

De mon repère, je le vis interagir avec une femme, je parvins de ma position à entendre un mot « Loup ». Tiens, un loup essayait d’entrer dans le périmètre mais cela lui était interdit. Très vite les choses dégénérèrent et le vampire très imposant par rapport à la jeune femme lui donna un violent coup de poing au visage. Je fronçais les sourcils en observant la scène ; aux grands gestes de la jeune femme, il paraissait évident qu’elle n’allait pas se laisser faire. L’idée de voir un combat entre les deux personnes m’aurait bien amusée, je dois le reconnaître. Toutefois, cela se voyait que la jeune louve n’avait aucune chance. D’ailleurs, mes doutes se confirmèrent quand elle fonça vers lui dans le but de chercher la bagarre. Cette femme était téméraire et elle aimait ça, mais de là à prendre des risques aussi inconsidérés, c’était de l’ordre du suicide.

Je décidais donc d’agir et utilisa ma vitesse décuplée pour arriver devant le vampire et stopper son poing en le saisissant avec ma main. En me voyant, il comprit immédiatement ce qui lui arrivait, qui j’étais. Larson avait donc bien fait son travail. C’est ainsi qu’il me dévisagea d’un regard haineux et apeuré à la fois. « Tu ne devrais pas t’en mêler… Maintenant je vais devoir me débarrasser de toi aussi… » . Je ne pus m’empêcher de rire en l’écoutant. Il chercha à me donner un coup de poing que je n’eus pas de mal à éviter. Je décidais qu’il était temps de mettre fin à cela, je n’allais rien pouvoir tirer de celui-ci.

Il étant temps de mettre un terme à tout ça. Je lui donnais un coup de pied dans le sternum afin de le faire reculer, il chercha à me saisir par derrière et m’immobiliser la nuque pour mieux la briser. Cela me fit rire, ce qui le déconcerta. J’en avais donc profité pour retourner la situation à mon avantage et lui donner un coup dans le genou qui le plia à terre immédiatement. Je m’emparais ensuite de mon fusil à pompe et pencha la tête sur le côté avant de souffler au même moment où je lui tirais dans le cœur « Tu es là où tu aurais dû être dès le départ. Tu aurais du partir quand tu en avais encore la possibilité. » . Le corps du vampire s’écroula au sol dans un bruit sourd, arborant un visage grisonnant.

Il allait falloir que je trouve un autre vampire, mais je préférais cela plutôt que laisser celui s’en prendre à une louve. Après tout, ce n’était pas les vampires qui manquaient puis Silas est encore loin d’ici, je le sens. D’ailleurs, en parlant de louve. Je me tournais vers elle quand mon visage se décomposa. C’était Hayley. Depuis le départ, c’était elle la louve. Et dire que je n’avais même pas prêté attention à son visage avant. Mais ma décontenance fit place rapidement à la joie de la retrouver. Ma meilleure amie se trouvait à la Nouvelle Orléans ? Sacrée coïncidence. Je me jetais sur elle pour la serrer dans mes bras avant d’embrasser sa joue délicatement. Mon regard se posait ensuite dans ses yeux, ne laissant pas s’envoler le sourire dessiné sur mes lèvres. « Si j’avais su que tu étais ici… je t’aurai contacté avant ma petite Hayley… Bon sang comment vas-tu ? Il va falloir que tu me racontes tout ce qui t’est arrivé depuis la dernière fois. Mais avant… ».

Mon sourire disparut de mon visage pour laisser place à un visage sévère. Elle était folle de se rendre dans un endroit aussi dangereux que le carré français. C’est une louve, elle n’est pas la bienvenue ici. Je lui assénais une tapette derrière la tête de la jeune femme avant de la regarder dans les yeux avec intensité. Si je n’avais pas été là, qui sait ce qui aurait-pu lui arriver… « Mais tu es une malade de te balader comme ça dans le carré français ? Tu ne sais pas ce qui s’y passe pour les loups ? Tu es complètement inconsciente ! Si je n’avais pas été là… Je n’aurai pas supportée de te perdre Hay… » . dis-je avec une petite pointe de tristesse dans la voix. Elle était la dernière chose me restant de mon passé. Je ne voulais pas la perdre, pas elle aussi.



Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : RubyRed
Double compte : Non
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 223
avatar
Hayley Marshall
Hope anchors the soul
Posté le 14/03/16, 03:41 am


   
   Lyra & Hayley
     Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin

J
e me battais contre le vampire et même si je me débrouillais plutôt bien, je n'avais pas le dessus. Il était beaucoup plus fort que je ne le croyais et je regrettais presque que l'on ne soit pas une nuit de pleine lune. J'étais plus forte qu'un humain ou une sorcière, mais contre une vampire la bagarre était un peu plus difficile. Voire même carrément impossible en temps normal. Mais je n'allais pas me laisser tuer sans réagir. C'était tout bonnement impensable venant de moi. C'est donc avec l'énergie du désespoir que je continuais de combattre bec et ongle. Il me saisit par le collet et me leva de terre d'une seule main. Mes pieds quittèrent le sol alors que je m'accrochais à son poignet afin de ne pas me faire étrangler. Je vis son deuxième bras se bander afin de prendre de l'élan pour me frapper. Je me débattis de plus belle afin de tenter de le faire lâcher sa prise. Mes efforts furent vains, je vis son poing venir et ne put faire autrement que de fermer les yeux. J'attendis, mais rien ne se passa. C'est alors qu'une voix féminine me vint aux oreilles sans réellement comprendre le sens de ses paroles. J'aurais été capable de la reconnaître parmi des centaines. Mais… c'était impossible ! Comment aurait-elle pu faire pour se retrouver ici en ce moment même ? Non… je devais probablement être en train d'halluciner ! Dans les derniers instants de ma vie, c'était la voix de ma meilleure amie que j'entendant. Peut-être que j'avais déjà reçu le coup de poing en question et qu'il m'avait rompu la nuque. Que j'étais morte et que c'était pour cette raison que j'entendais une des rares personnes qui était très importante pour moi.

Il me laissa alors tomber et ce n’est au moment précis où mon corps rencontra durement le sol que je compris que je n'étais pas morte, ni même dans les pommes / inconsciente. Je rouvrais les yeux afin de voir la scène qui se déroulait sous mes yeux. Une belle femme rousse était en train de se battre avec le vampire colosse. J'étais choqué de voir qu'elle bougeait aussi bien, mais encore plus de la reconnaître. Mes oreilles ne m'avaient pas trompée, il s'agissait bien de ma meilleure amie. J'avais encore de la difficulté à y croire alors qu'elle se mouvait avec une aisance désarmante. Je la connaissais depuis longtemps, mais je n'avais pas souvent eu la chance ou même l'occasion de la voir à l'œuvre. Je regardais le vampire tomber raide mort par terre alors qu'il prenait une teinte grisâtre et sombre, alors qu'il était maintenant inanimé. Je relevais la tête vers elle pour voir son expression se décomposer en posant son regard moi. J'avais encore de la difficulté à réaliser ce qui était en train de se produire, j'imaginais très bien ce qu'elle ressentait en ce moment précis alors que la lumière se faisait sur son esprit. Elle se jeta alors à mes côtés afin de me serrer tout contre elle. Je ne pus empêcher mes yeux de devenir humides lorsqu'elle déposa un doux baiser sur ma joue. J'ouvris la bouche afin de répondre à ses questions lorsque je vis son sourire s'envoler pour devenir sérieux. Je savais ce qui allait suivre : j'allais me faire disputer. Je la connaissais assez bien pour le savoir. Cela ne prit pas longtemps que ce que je croyais se confirma alors qu'elle m'assena une claque derrière la tête. J'aurais dû m'en attendre et l'éviter, mais je savais bien que c'était inutile de toute façon. Elle se serait reprise d'une façon ou d'une autre. Cela n'avait pas vraiment fait mal, c'était surtout surprenant. Je savais bien qu'elle avait fait ça afin de me remettre les idées bien en place dans ma tête. De la Lyra tout craché ! Je baissais la tête, un peu honteuse à l'écoute de ses remontrances. J'étais consciente de tout ce que je risquais en étant venu ici. Pourtant, je n'avais pas pu m'empêcher de le refaire, de me pointer de nouveau dans le vieux carré français avec tout les risques que cela comportait. Mais cette fois, j'avais été surprise par un vampire. Par chance, ça se terminait tout de même bien pour moi. Grâce à ma meilleure amie. Faut croire qu'il y avait malgré tout une bonne étoile qui veillait sur moi et qui m'envoyait les bonnes personnes sur mon chemin. Je relevais les yeux pleins d'eau vers elle.

-Je suis désolé… dis-je d'une voix chargée d'émotion. Je suis au courant de ce qui se passe ici… Si seulement tu savais Lyra…

Je hochais négativement la tête. Il y avait tellement de chose qu'elle ne savait pas encore et qui s'était produite ses derniers temps. Je restais assise sur le sol, la sensation de la texture rugueuse de l'asphalte sous mes doigts m'aidait à m'empêcher de pleurer. Je savais d'avance qu'elle allait me demander de tout lui conter, en commençant par mon arrivée ici à la Nouvelle-Orléans. Mais je ne savais même pas par où débuter toute cette invraisemblable histoire. J'avais même encore de la difficulté à croire que j'étais enceinte. Alors comment allais-je bien faire pour l'avouer à Lyra ? Est-ce qu'elle me croirait seulement, quand j'aurais l'audace de lui dire qui est le père ? J'avais un peu honte de lui dire que j'avais eu une aventure avec Niklaus Mikaelson. Elle ne m'en avait jamais parlé, mais je savais très bien que ce nom ne lui serait pas étranger. Pas avec le travail qu'elle faisait… Je savais que cela n'avait jamais été dans ses habitudes, mais je craignais qu'elle me juge. Lyra avait toujours été comme un membre de ma famille et ce qu'elle pensait avait toujours beaucoup compté pour moi. Elle ne serait surement pas très fière d'apprendre que je ne m'étais pas protégé et que l'inévitable était arrivé… À ma défense, je ne croyais pas possible que Niklaus puisse enfanter. Et visiblement lui non plus ne le savait pas… Allez savoir combien d'autres enfants il avait pu avoir durant les millénaires passés sans même être au courant. C'était un peu effrayant d'y penser…

-Je crois que nous avons beaucoup de choses à nous dire… finis-je par dire avant de relever les yeux vers elle.

WILDBIRD
 

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 15/03/16, 11:27 pm


« Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin. »
feat. Hayley Marshall


 A aucun moment je n’aurais cru croiser ma meilleure amie ici, à la Nouvelle Orléans. Cela faisait déjà quelques temps que l’on ne s’était pas vue ; chacune à cause d’impératifs personnels. Mais cela faisait un bien fou de revoir un visage connu, surtout quand c’est une personne aussi importante que sa meilleure amie. Hayley avait toujours été là pour moi, malgré la distance qui pouvait nous séparer parfois, elle n’en demeurait pas moins présente dans mon cœur. Je reconnais que de devoir être loin d’elle parfois si longtemps me chagrine, mais c’est mon travail, mon métier, mon but dans la vie. Je me dois de chasser les vampires et de les exterminer, même si cela a fait de moins une femme sans attache réelle, une femme solitaire. Surtout maintenant que je n’ai plus de famille, cela me laisse d’autant plus libre de mes actes. Même si il faut avouer que parfois, la solitude est quelque chose de pesant. Je me suis surprise plus d’une fois à vouloir poser mes valises dans une ville et ne plus en bouger. Certes j’aurai continué mon travail de chasseuse, mais je n’aurai plus eu besoin de bouger, de ne pas me fixer.

Si je n’étais pas intervenue au moment même où le vampire allait la tuer, j’aurai perdu ma meilleure amie sans même le savoir. Elle aurait disparue, rayée de la terre comme toutes les autres personnes que j’ai connues. Si je l’avais perdue elle aussi, nul doute que je ne me serai plus attachée à quiconque. Elle est la dernière personne me restant de mon ancienne vie, de ma vie d’humaine pure et dure. Cet instant où j’avais vu son visage, où j’avais compris qui elle était. J’ai bien cru que mon cœur allait s’arrêter de battre dans ma poitrine. Et si elle était morte ? Et si elle n’avait pas passé la nuit ? J’eu les larmes aux yeux face à mon amie à cette idée, n’imaginant pas ma vie sans elle. Sans ce pilier dans ma vie. Mais quand je perçue la détresse dans la voix de ma meilleure amie, je ne pus m’empêcher de la serrer dans mes bras un peu plus, caressant son dos du plat de la main pour la rassurer, un genou posé au sol. Elle avait toujours eu cet effet sur moi, dès qu’elle était triste, je ressentais le besoin de la serrer contre moi, pour la rassurer et lui montrer que tout irait bien. Elle avait beau être la plus âgée, j’avais toujours cette impression d’être celle qui réprimande toujours l’autre, telle une grande sœur.

- « Du calme Hayley…  Ne te mets pas dans cet état. Je suis là maintenant, je ne vais pas te lâcher. Je serai là pour te protéger quoi qu’il arrive. Il ne t’arrivera plus rien ma belle. Serment de meilleure amie. » . dis-je avec un petit sourire sur mes lèvres, avant de lui tendre mon petit doigt pour qu’elle le serre.

Malgré mes paroles que je pensais réconfortante, je voyais bien qu’Hayley n’était pas dans son assiette. Forcément le fait qu’elle ait failli se faire tuer il y a de ça quelques minutes ne devait pas aider. Toutefois, je la connaissais trop bien, il y avait quelques choses de bien pire qu’une simple guerre entre vampires et loups. Il y avait quelque chose qu’elle me cachait, quelque chose la concernant qui me déplairait fortement. De plus, ses dernières paroles n’étaient pas pour me réconforter. Que cachait-elle de si horribles ? Rien que l’idée que quelque chose lui arrive de malheureux me glaçait le sang, me faisant ravaler ma salive. Quand mon amie releva son regard pour le planter dans mes iris, je compris que des choses susceptibles de me mettre en colère se sont déroulées. Mais à vrai dire, elle avait raison, si pour moi beaucoup de choses se sont passées, pour elle aussi ce serait la même chose. Même si je n’en comprenais pas encore toute l’ampleur. Je décidais enfin de l’aider à se relever de l’asphalte, après tout, le sol n’était pas quelque chose de véritablement agréable. Mon regard se planta dans celui de la louve, et un sourire rassurant se dessina sur mon visage, quoi qu’il arrive, je ne voulais pas me disputer avec elle. Je n’en avais pas la force.

- « Beaucoup de choses se sont passées en effet ces derniers mois. Mais tu sais ce qu’on va faire ? Tu vas me dire ce qui te chagrine à ce point, le moindre de tes tracas et je serai là pour les écouter. Comme au bon vieux temps. Après, tu me connais Hay, je ne te jugerais pas, mais je donnerai mon avis sur ce que tu diras de déplaisant. Car quand tu fais cette petite tête, c’est que les choses que tu as à me dire ne sont pas très jolies.» . dis-je d’une voix posée avant de prendre la main de ma meilleure amie et de faire quelques pas.

Moi-même je ne savais pas par où commencer, même si ma vie se résumait la plupart du temps aux mêmes choses, chasser et tuer des vampires. Les précédentes nouvelles n’étaient pas pour le moins importantes. En effet, le fait que Katerina Petrova arrive à la Nouvelle Orléans en humaine, le remède dans le sang ; que Silas soit réveillé et la cherche ; que ma mission soit à présent de le tuer, tout cela pouvait sembler un peu fou. Mais j’étais très loin de me douter de la nouvelle qu’Hayley allait m’apporter. Très loin même, car à aucun moment, je ne soupçonnais que ma meilleure amie portait la vie. A vrai dire, à aucun moment on n’avait parlé d’enfant ; on ne voyait pas nos vies ainsi. Certainement pas moi d’ailleurs. Je ne pouvais me permettre de me poser et d’avoir une famille, cela est bien trop risqué. C’est pour cela que je pouvais affirmer qu’Hayley était ma dernière famille. Je serai prête à beaucoup de choses pour elle, comme si elle était ma propre sœur, et je ne doutais nullement que pour elle, ce serait la même chose.

- « Qu’as-tu à me dire ma chérie ? Je t’écoute entièrement. Profites en avant que tu ne doives me partager avec des monstres de la nuit.» . dis-je en riant tout en serrant délicatement la main d’Hayley tout en plongeant mon regard émeraude dans ses pupilles.





Dernière édition par Lyra R. Morgenstern le 23/03/16, 12:11 am, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : RubyRed
Double compte : Non
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 223
avatar
Hayley Marshall
Hope anchors the soul
Posté le 18/03/16, 03:10 pm


   
   Lyra & Hayley
     Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin

J
e vis les yeux de mon amie s'humidifier sous le coup de l'émotion. Je sentis ma gorge se serrer à mon tour. J'étais consciente que je n'avais pas été des plus prudente. Et Lyra ne serait pas la seule à m'en vouloir si cela se savait. Je ne croyais pas que les Mikaelson seraient au courant de la bêtise que j'avais fait de venir dans le Vieux Carré français en pleine nuit. Pourtant, ce n'était pas la première fois que je venais depuis le début de ma condition de captivité. Il faut cependant dire que les premières fois, j'y avais été de jour et non la nuit. C'était à prendre en considération la prochaine fois que je voudrai faire une escapade… Si jamais l'envie me reprenait. Je n'aimais pas voir Lyra dans cet état, d'autant plus que c'était de ma faute si elle s'y retrouvait maintenant. Mon sentiment de culpabilité fut encore plus grand lorsqu'elle me dit que tout irait bien maintenant qu'elle était là et qu'elle ne laisserait personne me faire du mal… J'eus un petit rire nerveux. Je m'étais mise dans une situation encore bien pire que ce qu'elle pouvait imaginer. Et lorsque je relevais les yeux afin de planter mon regard dans le sien, je vu tout de suite qu'elle avait compris que j'avais de grosses nouvelles à lui annoncer. Et c'était bien peu de le dire. Elle m'aida à me relever de la position dans laquelle je me retrouvais depuis un bon moment déjà, depuis son intervention pendant la bagarre avec le vampire. J'appréhendais le moment où je devrais lui faire la grande révélation. J'avais moi-même encore de la difficulté à y croire, alors je n'osais pas imaginer la réaction qu'elle aurait lorsque les mots sortiraient de ma bouche.

Alors qu'elle se mettait à parler en me prenant la main pour m'emmener marcher avec elle, je la suis docilement. Je savais bien que Lyra ne m'avait jamais jugé à travers les années et l'inverse était aussi réciproque. Mais je n'avais jamais rien fait qui soit totalement répréhensible. Bon… il y avait peut-être une partie de moi qui s'en voulait un peu trop de s'être laissé aller avec l'hybride Originel, même si je ne m'avouais pas qu'au bout du compte j'avais passé dans ses bras une des meilleures nuits depuis longtemps. J'étais peut-être un peu trop optimiste ou rêveuse, mais une petite parcelle dans ma tête espérait que les choses s'arrangent et que peut-être nous pourrions vivre une vie de famille plus ou moins normale. Mais à vrai dire, je n'écoutais pas très souvent cette petite voix, car je ne voulais pas être déçue. J'avais surtout une crainte viscérale que mon enfant vive la même histoire que moi… J'allais devoir faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que cela n'arrive pas…

-Tu as raison Lyly… beaucoup de choses me tracasses.

En disant cette phrase, je dus me retenir de ne pas me caresser le ventre. C'était une mauvaise habitude que j'avais prise depuis que l'on m'avait annoncé que j'étais enceinte. Un peu comme si j'avais besoin de toucher mon ventre afin de rendre cette nouvelle plus tangible, plus vrai. Ou peut-être aussi pour essayer de constater ou non que celui-ci grossissait à cause du petit être dans mon ventre, même si cela n'était pas encore apparent. J'eus un petit sourire triste lorsqu'elle me dit de lui parler avant de devoir la partager avec les monstres de la nuit, car elle ne savait pas encore qu'elle était elle-même en train de me partager avec ces mêmes prédateurs… Je fus incapable de soutenir son regard. Je continuais donc à marcher sachant qu'elle allait me suivre. Je regardais le sol afin de voir où je mettais les pieds, même si en réalité c'était surtout parce que je ne savais plus quoi regarder tellement j'étais mal à l'aise. Je pris une grande inspiration avant de me lancer et de me jeter à l'eau afin de tout lui raconter.

-Je t'avertis… c'est un peu long comme histoire. Il y a quelque temps de cela, j'ai rencontré un jeune homme qui se disait être un hybride. Un mélange de loup et de vampire. Je dois t'avouer que je n'y ai pas cru sur le coup. Et pourtant il disait la vérité. Je ne sais pas si tu as eu la chance ou la malchance d'en rencontrer, ils sont très puissants. Mais aussi totalement et complètement soumis à leur créateur… Il voulait se défaire de cet attachement à l'homme sadique qui avait fait de lui un hybride. Je l'ai donc aidé à s'en défaire. Cela prit de nombreux mois et se fut très pénible, mais nous y sommes parvenus. Je dois avouer que je m'étais attaché à lui… Et un jour il est parti en me mettant sur une fausse piste afin que je ne le retrouve pas… Mais tu sais comme j'ai la tête dure. J'ai fini par le retrouver dans une petite ville appelée Mystic Falls…

Je pris une pause à ce moment, profitant pour lui jeter un regard en coin. Ce que je venais de conter n'était que la prémisse de l'histoire, d'où je voulais en venir. Ce qui s'en venait était beaucoup plus… intense. Et je lui racontais tout ça quand l'espoir de retarder le moment inévitable où je lui avouerais ce qui me tracassait le plus. En même temps… elle comprendrait peut-être un peu mieux si je lui expliquais tout le contexte… Non ?

-Lorsque j'arrivais, il n'eut d'autre choix que de se rendre à l'évidence et ensemble nous avons aidé les hybrides du coin à se défaire de l'emprise de leur créateur.

Je ne savais pas pourquoi exactement, mais je me sentais incapable de prononcer le nom de Niklaus. Peut-être parce que cela pourrait lui mettre la puce à l'oreille… Ou qu'elle serait furax d'apprendre que je me suis frotté contre lui. Néanmoins, j'attendais le bon moment afin de réellement le faire entrer en scène dans mon histoire…

-Puis… j'ai rencontré un homme, un professeur, qui disait connaître des détails sur ma famille. Tu imagines ! Depuis le temps que je désire connaître mes origines, ma vraie famille ! Cependant ces informations avaient un coût très élevé. Je devais sacrifier douze vies, pour je ne sais qu'elle raison. Lyra… j'ai accepté à sa demande.

Ces aveux me pesaient lourd sur le cœur même si ce n'était pas la pire selon moi. Tout est toujours une question de perspective après tout…

-Mais entre-temps les choses ont évolué et j'ai changé mon fusil d'épaule… Je suis allé voir les principaux concernés pour lui dire ce qui se préparait… même si cela n'a pas empêché les douze personnes de mourir… L'histoire ne s'arrête pas là… Malheureusement… J'avais accepté d'aider une certaine Katerine Pierse à trouver le remède contre le vampirisme… et n'ayant plus besoin de moi, elle a envoyé un vampire me tuer. Il a bien failli y parvenir lorsque Niklaus Mikaelson est arrivé.

Je relevais la tête vers mon amie avec une mine grave. Je savais qu'elle devait être choquée par tout ce que je venais de lui conter. Mais j'avais toujours été honnête avec elle et ce n'était certainement pas ce soir que le contraire commencerait. Niklaus Mikaelson… prononcer son nom devant ma meilleure amie me donna une drôle d'impression dans le fond de mon ventre que je tentais difficilement d'ignorer.

-Il m'a sauvé la vie. Et puisque je détenais des informations intéressantes, il m'a emporté chez lui…

Je cessais de marcher. J'arrivais bien difficilement à contrôler la gamme d'émotion contradictoire qui se bousculait à l'intérieur de moi. C'était un peu comme si j'avouer toutes ses choses à Lyra rendait l'histoire encore plus vraie qu'elle ne l'était déjà. Je pris une nouvelle inspiration afin de me donner du courage.

-Il a été très charmant. Il m'offrit un repas et à boire et le temps faisant bien les choses, nous avons terminé la soirée dans son lit…

Bon, ce n'était pas tout à fait son lit, mais je me doutais qu'elle ne désirait pas vraiment avoir les détails de cette partie de l'histoire. Je jouais nerveusement avec mes mains avant de continuer mon histoire.

-Il a remarqué la tache de naissance que j'ai sur mon épaule. Tu sais, celle en forme de croissant de lune. Il m'a dit qu'il avait vu cette tâche de naissance une seule autre fois dans sa vie et que c'était ici, à la Nouvelle-Orléans. C'est comme ça que je suis atterri ici…  

Oui, j'étais une lâche ! Je lui avais conté tous les derniers mois dans les moindres détails, mais j'étais incapable de dire que j'étais enceinte de Niklaus. J'allais devoir trouver la force de le faire… Mais pour commencer, je décidais de lui laisser le temps de digérer ces informations avant de lui lâcher la bombe que je gardais secrète.

WILDBIRD
 

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 23/03/16, 12:14 am


« Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin. »
feat. Hayley Marshall


Plus nous nous enfoncions dans les rues, plus je pouvais me rendre compte que ce qu’avait  à dire ma meilleure amie lui pesait lourd. D’autant plus qu’elle avait du mal à débuter, était-ce si horrible que cela à dévoiler ? Que pouvait-elle me cacher de si terrifiant à raconter ? Plus les minutes passaient, plus je craignais le pire pour ma seule amie, ma seule famille. Elle n’était pas du genre à se mettre dans de fâcheuse posture, et pourtant, il paraissait évident qu’aujourd’hui, rien n’allait plus dans son monde. Je me demandais ce qui avait bien pu lui arriver ; on a tant de choses à se dire toutes les deux, mais ses propos me semblaient plus importants et surtout beaucoup plus inquiétants à mon goût. Après tout, elle avait failli se faire tuer il y a quelques minutes, elle se mettait en danger de façon irréfléchie. Mais peut-être avait-elle une raison ?

Je continuais à marcher près d’elle, essayant de l’écouter avec attention, mais je réalisais bien qu’elle peinait, d’ailleurs, elle n’osait même pas me regarder dans les yeux. Pourtant, elle devient bien réaliser que je ne la jugerai pas, quoi qu’il arrive. Donner mon avis, oui ça je le ferais, mais la juger, je ne me le permettrais pas. C’est donc avec attention que je me concentre sur ses propos, ne voulant pas en perdre une miette. Une longue histoire ? Je comprends mieux pourquoi elle ne savait pas par où commencer. Peu importe, je me dois d’être attentive. Un hybride ? Non en effet je n’avais pas eu la malchance de le rencontrer car si parfois je peinais avec un simple vampire, je n’imagine même pas une rencontre contre un hybride. J’en eus la chair de poule rien que d’y penser. Alors comme ça, elle l’avait aidé à se défaire de l’emprise de son créateur. Mais elle ne s’était pas arrêtée à un hybride, elle en a aidé plusieurs. Cela ne m’étonnait pas de mon amie, toujours l’âme à aider les autres, le cœur bon. Toutefois, cela avait dû lui apporter des ennuis, était-ce cela le problème ?

- « Et c’est pour ça que tu es ici ? Tu t’es mise le créateur de ces hybrides à dos ? Tu as besoin d’aide ? Hayley, quoi qu’il arrive, tout ira bien.» demandais-je avec une pointe d’inquiétude dans ma voix.

Quand elle m’annonça qu’un professeur lui proposait de lui révéler ses origines en échange d’un coup élevé. J’eus du mal à le comprendre, elle avait donc accepté d’ôter la vie de douze vies. Toutefois, une part obscure au fond de moi le concevait, elle n’avait jamais connue ses origines, sa famille, elle avait le droit de le savoir. Même si le prix en était élevé. Je fus toutefois rassurée de la savoir refuser au final ce marché, même s’il fut trop tard pour sauver les vies. Dès que le nom de Katherine Pierce sortit de ses lèvres, mon visage se décomposa, d’autant plus quand elle m’annonça qu’elle avait essayé de la faire tuer. Décidément, le peu de scrupules que j’avais à l’idée de sa mort à l’arrivée de Silas en ville s’envola immédiatement. Elle pouvait bien mourir dans le processus, ce qu’elle avait fait été impardonnable.

Mais la chose qui me marqua le plus ce fut le dernier prénom qu’elle avait prononcé. Niklaus Mikaelson. Je ne voyais pas trop où elle voulait en venir, mais rien que ce prénom ne me présageait nulle confiance. Je connaissais Elijah Mikaelson, mais je n’avais encore pas fait la rencontre de Niklaus, et d’ailleurs, je n’en avais pas vraiment l’envie. Elle pouvait certainement lire dans mes yeux que j’attendais d’en savoir plus, notamment sur le fait qu’il l’ait emmené chez lui. Je l’invitais à continuer quand elle s’arrêta devant moi. Le pire était donc à venir alors. Ce ne fut pas manqué quand elle m’annonça qu’elle avait passé la nuit avec Niklaus. C’était donc ça qu’elle me cachait, cela paraissait évident maintenant, surtout en la voyant jouer de la sorte avec ses cheveux. C’était un de ses tics qu’elle avait quand quelque chose la stressait. Je fronçais les sourcils, elle était tombé dans les filets de Niklaus, d’ailleurs, c’était presque étonnant car je n’avais pas de mal à comprendre au vu de ce que je savais à présent, que c’était lui le créateur des hybrides libérés par Hayley. Toutefois, cela arrive à tout le monde d’avoir un petit moment de faiblesse et de se laisser aller dans les bras d’un mauvais gars. Moi-même cela m’était déjà arrivé.

« C’est vraiment.. déstabilisant de savoir que tu as fait l’amour avec un hybride.. un originel qui plus est. Mais cela arrive parfois les erreurs.. Je ne te juge pas si c’est dont tu avais peur ma belle. Puis après tout, il n’a jamais essayé de te tuer lui… Contrairement à cette Katherine Pierce qui va payer. » . dis-je avec un sourire en coin sur les lèvres, l’idée même que cette humaine meurt ne me dérangeait pas du tout. Je suis une chasseuse certes, mais peu importe la nature de la personne qui s’en prend à ceux que j’aime, elle payera le prix fort, même si ce n’est pas de ma main comme ce cas-ci.

Le point positif dans l’histoire, c’était qu’elle avait pu en apprendre un peu plus sur ses origines par cet heureux hasard. Elle allait enfin savoir qui était sa famille, à moins que ce ne soit déjà le cas. En tout cas, j’étais heureuse pour elle. Hayley est une personne bien, gentille et attentionnée qui mérite elle-aussi d’avoir de la chance. En couchant avec Niklaus, bon qui n’était pas forcément très heureux en passant, elle avait pu découvrir d’où elle venait. Je ne pouvais que l’encourager à poursuivre ses recherches.

« Bon, en plus du plaisir qu’il t’a apporté ce Mikaelson, tu as au moins pu en savoir d’avantage sur ta famille et ça, franchement c’est super ! Tu l’as rencontrée cette famille ? Ou alors tu continues à chercher ? » demandais-je d’une voix douce, regardant ma meilleure amie alors que je lui caressais la main délicatement comme pour l’apaiser.

Apaisement qui étrangement ne fonctionnait pas, je penchais alors la tête tout en l’observant avec attention, cherchant à la décrypter. Il ne fallut pas longtemps pour que je comprenne qu’elle ne m’avait pas tout dit, qu’une grosse part était encore cachée et que c’était le pire qui était à venir. Je sondais à nouveau ses yeux, cherchant à la destabiliser alors que ma voix se faisait monotone. Je n’allais pas lui crier dessus ou autre. Je voulais juste la vérité, toute la vérité.

« Que me caches-tu ? Hayley, je te connais par cœur. Et là, je peux t’assurer que tu ne m’as pas tout dit. Il y a quelques choses d’encore plus gros que tu ne me dis. Bon sang, qu’est-ce qui peut être pire que tout ça ? » . Je m’arrêtais de respirer pendant un instant en imaginant le pire. Je lui lançais alors un regard paniqué.

« Tu es malade ? Tu as quelque chose de mortel et tu ne veux pas me le dire par peur que je sois malheureuse ? Hayley… Ne me dis pas que tu es mourante s’il te plaît… pas toi.»
. Mes yeux commençaient à brûler tout en laissant couler des larmes chaudes sur mes joues. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans elle, c’est la dernière chose qui me raccroche à mon ancienne vie, la seule personne à laquelle je tiens. Sans elle, je ne suis plus rien si ce n’est une coquille vide.




Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1

Crédit : RubyRed
Double compte : Non
Disponibilité Rp : Je ne suis pas disponible
Ancienneté : 01/03/2016
Messages : 223
avatar
Hayley Marshall
Hope anchors the soul
Posté le 26/03/16, 02:56 pm


   
   Lyra & Hayley
     Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin

J
'entendais dans sa voix lorsqu'elle me dit que tout allait bien ce passer qu'elle était inquiète. La pauvre… elle croyait que c'était uniquement parce que je m'étais attiré les foudres d'un créateur un peu trop ambitieux que j'étais si angoissé. Mais la vérité était bien pire selon moi. Elle était tellement généreuse et aimante. Tout de suite, sans hésiter elle me demanda si j'avais besoin d'aide. Oui était la réponse, mais je n'avais pas envie de la mêler à toute cette histoire… Bien que je ne savais pas encore qu'elle connaissait déjà très bien les Mikaelson. J'hésitais encore à lui dire que j'étais enceinte exactement de celui qui ne fallait pas… Moi qui n'avais jamais réellement parlé de bébé et de maternité avec elle, voilà que je me retrouvais dans une position bien inconfortable. Je me contentais de lui faire un petit sourire à sa proposition d'aide.

Mais ce fut lorsque je prononçais le nom de Katherine Pierce que je vis son visage littéralement se décomposer devant moi. Pourquoi avais-je maintenant l'impression que je m'étais mis les pieds dans les plats beaucoup plus que je ne le pensais en réalité ? Pour que Lyra agisse ainsi devant le nom d'une personne c'est qu'elle a toujours d'excellentes raisons. Et j'étais pressé de les connaître ! Mais avant, je n'avais pas encore terminé ma triste histoire. J'aurais amplement le temps de lui demander tout ce que je voudrais par la suite… Par exemple ce qu'elle faisait exactement à La Nouvelle-Orléans et depuis quand elle était arrivée. Les questions m'auraient brûlé les lèvres en temps normal. Mais je me devais d'y aller une étape à la fois pour ne pas me perdre dans le fil de mes pensées qui était ma foi très embrouillée. Encore une fois, ce fut lorsque je prononçais le nom que je redoutais temps que le visage de mon amie changea encore une fois. Nul doute qu'elle connaissait le nom de Niklaus Mikaelson. Après tout, elle est chasseuse. Il va de soi qu'elle en connaît les créateurs en quelque sorte… Ses yeux me disaient clairement qu'elle attendait d'en savoir plus. Elle était complètement pendue à mes lèvres en attendant d'en savoir davantage sur la situation. Je m'arrêtais alors devant elle pour continuer la suite, incapable de marcher plus longtemps alors que mon cœur battait à cent mille à l'heure dans ma poitrine. Il battait tellement fort que j'avais l'impression qu'il allait bientôt sortir de ma cage thoracique tellement que ça me faisait mal… Mon histoire allait vraiment en crescendo, de pire en pire. Oui, je savais qu'elle s'inquiétait sur le fait que Niklaus m'eut invité chez lui ce soir-là. Mais ce n'était tellement pas le pire dans l'histoire. En fait c'était la cause de ce que j'allais bientôt annoncer… ou pas ! Je commençais alors à jouer avec une mèche de cheveux alors que l'angoisse me gagnait. C'était d'autant plus stressant parce que je savais que mon amie me connaissait par cœur et qu'elle devait être en train de décortiquer le moindre de mes mouvements afin d'en savoir un peu plus. Mais je n'étais même pas capable de contrôler ses mouvements involontaires tellement le stress était à son comble. Jamais je n'aurais pu me préparer mentalement à la rencontre avec mon amie et aux aveux que j'avais eu à faire ce soir. Tout ce que j'avais voulu en sortant de la plantation était de me changer les idées… jamais je n'aurais cru que la soirée se déroulerait ainsi, en commençant par une attaque de vampire…

J'eus un petit rire nerveux lorsqu'elle me dit qu'il arrivait parfois de faire des erreurs et de coucher avec le mauvais gars… Serte c'était vrai, mais mon erreur avait des répercussions que l'on n'avait pas en générale. Les personnes ont toujours de la chance et arrivent à s'en tirer à bon compte… Mais pas moi ! Dire qu'il n'avait jamais tenté de me tuer n'était pas totalement vrai… En fait, il avait failli m'étrangler l'autre jour alors que nous n'étions pas du même avis. Mais ça, c'était un détail inutile à lui confier. Cela nous mettrait dans une position encore plus inconfortable que je n'étais pas prête à subir encore.

- Katherine Pierce est une vraie garce! lâchais-je lorsque Lyra dit que cette dernière allait payer.

Si elle pouvait mordre la poussière, cela me ferait certainement le plus grands des plaisirs. Depuis qu'elle était de retour à La Nouvelle-Orléans, elle ne cessait d'être blessante à mon égard. Trouvant les pires insultes possible contre l'enfant qui grandissait tranquillement, mais surement, en moi. En plus, elle faisait toujours exprès pour séduire Elijah devant moi… Sachant que je n'étais pas insensible aux charmes de l'Originel aux allures si nobles et posées. J'étais vraiment un livre ouvert… Il allait falloir que je m'exerce davantage à cacher mon jeu, mes sentiments. Si Niklaus se rendait compte un jour que j'avais des sentiments pour son frère, je n'osais pas imaginer la finalité de l'histoire… Surement moi morte six pieds sous terre et Elijah avec une dague dans le cœur je présume… Le problème, c'est que j'avais aussi des sentiments pour Niklaus ! J'étais complètement mélangé et je sentais que les choses n'allaient pas s'améliorer si rapidement…

- Le plaisir qu'il m'a apporté…dis-je en rigolant doucement. C'est peu de le dire, ça, je te l'assure. Mais non, je ne les ai pas encore rencontrés… Je continue à chercher, ou du moins… j'essaie de trouver le temps pour le faire…

Ma meilleure amie avait commencé à ma caresser doucement la main dans l'espoir d'apaiser mon esprit en surchauffe. Mais cela ne fonctionnait pas vraiment… Car bien que je lui avais compté une grosse partie des dernières nouvelles de ma vie, ce n'était pas le pire et c'était justement cette dernière chose qui m'angoissait littéralement. Je vis ses yeux sonder les miens et instinctivement, je baissais la tête. J'avais peut-être été capable de soutenir le regard inquisiteur de Niklaus Mikaelson, mais celui de ma meilleure amie… impossible ! Niklaus savait déjà le plus important de l'affaire… Pas elle ! Je savais qu'elle m'avait percé à jour, encore une fois, et que les questions allaient bientôt arriver. Je pris alors une grande inspiration, me préparant mentalement à ce qui allait suivre. Car je ne pouvais pas lui cacher plus longtemps la vérité. J'avais toujours joué cartes sur table avec elle et je voulais bien que ça continu encore très longtemps. Même si pour la première fois de ma vie, j'avais une nouvelle difficile à annoncer. En temps normal, je n'aurais pas eu de difficulté à lui dire que j'étais enceinte. Mais le contexte qui entourait ma grossesse faisait que c'était quelque chose de grave et dangereux… Et ne se le cachons pas, je m'étais vraiment mis les pieds dans la merde cette fois ! Je vis son regard paniqué qu'elle me lança alors qu'elle me disait qu'elle avait pleinement conscience que je lui cachais quelque chose. En voyant les larmes couler sur ses joues, je commençais à pleurer à mon tour. Tout simplement incapable de m'en empêcher ! Je lui pris les mains en m'approchant d'elle. Je n'étais peut-être pas malade, mais ma situation était tout aussi mortelle… Ou du moins, elle pouvait l'être. Car ce n'était pas anodin, j'étais en danger perpétuel. Mais ce n'était pas une fatalité qui était obligatoire, j'avais aussi une chance de survie et c'est ce qu'elle devait apprendre ! Je hochais négativement la tête avant de prendre la parole.

- Non Lyly… je ne suis pas malade ni même mourante… dis-je d'une voix surchargée et vibrante d'émotions. Je…

Je baissais la tête, incapable de trouver les bons mots. Pourtant c'était simple ! Je n'en avais que trois a prononcé « Je suis enceinte », mais j'étais incapable de les prononcer. Et pourtant, j'allais devoir finir par le faire. Bon après… la nouvelle allait surement lui paraitre moins grave qu'elle ne l'était en réalité après qu'elle est pensée que j'étais mourante… J'entendis un loup hurler à la lune au lointain et je levais la tête afin de tendre l'oreille vers son appel. Il me donna la confiance nécessaire dont j'avais besoin afin de lui dire toute la vérité…

- Lyra… je suis enceinte…

Voilà, c'était dit. Je baissais de nouveau la tête afin de regarder nos mains qui étaient jointes attendant sa réaction. Je ne savais pas si elle allait faire le lien à savoir qui était le père… Après tout, tout le monde pensait que c'était IMPOSSIBLE que Niklaus Mikaelson puisse enfanter. Et pourtant… Je laissais le silence s'installer, attendant qu'elle se fasse à la nouvelle que je venais de lui apprendre. Je pourrais ensuite lui expliquer tout ce que cela impliquait… Et ce n'était pas seulement un enfant !

WILDBIRD
 

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur  | 
Page 1 sur 1
avatar
Invité
Invité
Posté le 31/03/16, 09:57 pm


« Les meilleurs amis ne sont jamais bien loin. »
feat. Hayley Marshall


C’est dingue quand l’incertitude nous gagne, toutes les pensées différentes qui peuvent traverser nos esprits tourmentés. En l’occurrence, j’avais peur d’une chose, perdre ma meilleure amie, qu’elle ne succombe à quelque chose que je ne pouvais pas contrôler. C’était idiot quand on sait qu’on ne contrôle pas la mort, qu’elle peut venir s’emparer de chacun de nous à n’importe quel moment. Mais ici, j’avais peur de la perdre, pourtant tôt ou tard cela arriverait, je devais me rendre à l’évidence, mais pas maintenant, pas aussi jeune. Peut-être était-ce démesuré de ma part de craindre le pire, mais dans ce monde impitoyable, j’avais appris une chose. Nos cœurs peuvent s’arrêter de battre à n’importe quel moment, surtout quand on ne s’y attendrait pas.

Mais plus j’y pensais, plus je me disais que ces pensées n’étaient pas si idiotes que cela. Après tout, ne venait-elle pas de m’annoncer qu’elle avait failli mourir par Katerina ? Qu’elle s’était rapprochée physiquement de Niklaus Mikaelson, le grand méchant hybride ? Et la voilà à présent à la recherche de ses origines dans une ville dirigée par les vampires, interdisant le moindre loup de pénétrer en son sein. J’avais vraiment de quoi m’inquiéter pour elle tout compte fait.  D’ailleurs en parlant de Katerina, elle allait bientôt payer son affront, bien que cela ne sera pas de ma main, cela sera tout de même bien mérité, après tout, c’est la plus grande manipulatrice de ces derniers siècles. A son tour de payer pour ses crimes. D’ailleurs, voir que mon amie pensait la même chose que moi me réconfortait d’autant plus, au point où un sourire se dessina sur mes lèvres rosées. J’avais tout de même cerné de par la voix d’Hayley que Katerina continuait ses petites manigances vis-à-vis d’elle, et cette idée ne me plaisait pas. Autant dire que je me ferais une joie de voir cette femme dépérir.

Il m’était impossible de retenir le petit rire qui s’échappa de mes lèvres quand elle énonça le plaisir procuré par l’originel. Je ne pouvais qu’imaginer à quel point cela avait pu être plaisant. Après tout, en étant un originel, il gagnait en endurance et vitesse. Je n’avais pas pu m’empêcher de me mordre la lèvre inférieure à l’idée de faire l’amour avec un originel, du plaisir ressenti. J’ôtais bien vite ses pensées de mon esprit, pour me reconcentrer sur ses propos.

- « Tu finiras par les trouver ma Hay, et s’il le faut, je t’aiderai à les rechercher. Après tout, les amis sont là pour ça aussi. » dis-je avec un tendre sourire sur mes lèvres.

Mon inquiétude pour elle avait atteint son apogée quand j’avais remarqué qu’elle n’arrivait pas à se détendre. Que me cachait-elle ? L’idée qu’elle soit mourante m’avait alors traversée l’esprit, une pensée que je ne pouvais pas contrôler et qui me terrifiait. Sans elle que deviendrais-je ? Elle était ma dernière famille, mon ancre, celle qui me rattachait à l’envie de vivre la vie. Aussitôt, elle était venue me rassurer en caressant mes mains, le visage proche du mien. Sa voix était lourde d’émotion quand elle me rassura sur une éventuelle maladie. Mais cependant, même si j’aurai dû être rassurée, ce ne fut pas le cas. Il y avait autre chose derrière tout ça, une chose bien pire. Qu’avait-elle donc à me dire ? Tout mon être attendait la fin de sa phrase, dans une vague d’inquiétude et de curiosité mêlées. Mais jamais je ne me serais attendue aux mots qui suivirent de la part de mon amie.

Hayley était donc enceinte. C’était cela la chose qui l’inquiétait tant ? La chose qu’elle hésitait à me dire ? Mais pourquoi ? Pourquoi une meilleure amie aurait-elle peur de dire une telle nouvelle à son amie ? Certes par le passé nous n’avions jamais vraiment pris la peine d’aborder le sujet, mais ce n’était pas pour autant qu’elle devait avoir peur de me le dire. Non. Il y a forcément quelque chose d’autre. Mais quoi ? Le père… C’était forcément cela. Est-ce que je le connaissais ? Peut-être a –t-elle peur que je le désapprouve. Attends… Pourquoi aurait-elle abordé le fait qu’elle ait couché avec Niklaus ? Cela avait forcément un lien… Non… C’était lui ? Forcément que c’est lui. Sinon elle ne l’aurait pas dit ainsi. Mais comment cela pouvait-il être possible ? J’étais perdu. Je plongeais alors mon regard humide par mes récentes larmes, dans celui de mon amie.

- « Hayley… je ne vois qu’une seule hypothèse qui ferait que tu ais tant tardé à me le dire.. une hypothèse qui.. semble… ». J’aspirais une grande goulée d’air, essayant de trouver mes mots, ma voix se faisant tremblotante. « C’est NIklaus. C’est cela pas vrai ? Mais comment est-ce possible ? C’est un originel, un hybride certes, mais il est mort. Enfin.. » .

Mes pensées partaient dans tous les sens, elles ne me laissaient pas le temps de les organiser dans mon esprit. J’avais raison, je n’avais même pas besoin d’attendre une réponse orale de la part de mon amie, son corps parlait de lui-même, la trahissant toujours avec moi. Au-delà du fait que cette grossesse semble impossible, j’étais contente pour elle. Non pas qu’elle porte l’enfant d’un originel, de Niklaus qui plus est, car ça, je trouvais cela dangereux, et je ne devais pas avoir tort à ce sujet, cela devait l’emmener à de nombreux problèmes qu’elle ne tarderait pas à me dire, j’en suis sûre. J’étais au contraire contente qu’elle porte la vie en elle, qu’elle devienne mère. Malgré notre âge quasiment identique, elle avait toujours était très protectrice à mon égard. Elle a toujours eu cette fibre maternelle. Elle ferait une bonne mère, même si elle est jeune, je n’en doutais pas un instant. Je l’imaginais déjà un bébé dans les bras, le visage radieux et s’occupant de lui à merveille. Cette pensée me fit grandement sourire.

Mais mes pensées se ravisèrent immédiatement quand je réalisais la chance qu’elle avait malgré le père de l’enfant. Elle allait être maman, et ça, je savais pertinemment que cela ne m’arriverait jamais. J’étais née pour être une chasseuse de vampires, entraînée depuis ma jeunesse pour cela, ma mère n’avait pas prévu dans le programme que j’ai un mari aimant, des enfants adorables. Ma vie était prévue pour s’arrêter quand ma mission serait terminée, ou alors quand l’une d’elle me serait fatale. Mon sourire se fit alors plus discret, cherchant tout de même à cacher ses pensées moroses.

- « Félicitation ma chérie. Même si je sais que cela doit t’apporter de nombreux ennuis, sache que ta meilleure amie est toujours là pour toi, pour te protéger toi, et maintenant le bébé. » dis-je en caressant sa joue délicatement, mon regard qui se voulait rassurant dans ses prunelles.




Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1
Contenu sponsorisé
Posté le
Revenir en haut Aller en bas
 | 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1[  ]